RE: Principale/subordonnée avec « si »

Bonjour !

Je suis en train de me pencher sur l’utilisation du « si » lorsqu’il est question d’interrogation indirecte.
En essayant de comprendre son utilisation et notamment la concordance des temps avec, j’ai tout mélangé avec la subordonnée de condition.

Dans la phrase « J’aurais fait ceci, si j’en avais été capable », bien que le « si » soit – pardonnez-moi de la formulation non rigoureuse – après la virgule, est-il pour autant dans la proposition subordonnée et est-ce pour autant une interrogation indirecte ?
Pour la 2eme question je ne pense pas.

N. B. : j’ai trouvé sur internet un PDF (ccdmd) qui rassemblait différentes situations (l’antériorité, la simultanéité et la postériorité pour l’interrogation indirecte, avec différents temps employés chez la principale et la subordonnée) et c’est avec lui que je me suis perdu.

(Toute correction concernant les bons termes à employer est la bienvenue. :-))

Respectueusement.

Absalon Membre actif Demandé le 10 octobre 2020 dans Question de langue
6 Réponses

Bonsoir Absalon.
La phrase que vous nous soumettez n’est pas une interrogation indirecte.
Je me demande si j’aurais pu faire ceci, est une interrogation indirecte qui admet le conditionnel après si = je me demande : aurais-je pu faire ceci ?
Votre phrase comporte une proposition principale (J’aurais fait ceci) et une proposition subordonnée introduite par si.
Quand le verbe de la subordonnée introduite par si est au plus-que-parfait, le verbe de la principale est au conditionnel présent si l’action est possible (« Je ferais ceci, si j’en avais été capable »), ou au conditionnel passé si cela ne s’est pas réalisé parce que la condition n’a pas été satisfaite (« J’aurais fait ceci, si j’en avais été capable »).

PhL Grand maître Répondu le 10 octobre 2020
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.