RE: Present ou subjonctif?

Répondu

Bonsoir,

Doit on dire comme le pense la petite amie de mon petit fils à propos d’une phrase taquine que j’ai dite a celui ci :
« Tu ne m’impressionnes pas aussi grand que tu es »
ou, comme je le pense
« Tu ne m’impressionnes pas aussi grand que tu sois »

D’avance merci.

Marino Débutant Demandé le 19 août 2018 dans Conjugaison
10 Réponses
Meilleure réponse

Bonsoir,

1. C’est le subjonctif qui est habituellement employé dans les propositions concessives. 

a. Cf. Le Bon usage , version électronique actuelle, § 1150  (en gras dans le texte) :
« a) Tout … que … mis à part (cf. § 1151) , le subjonctif est le mode habituel des propositions concessives, même s’il s’agit d’un fait réel. » Suivent de nombreux ex.

b. Voir aussi Le Grevisse de l’étudiant. Capes et agrégation lettres, De Boeck supérieur, 2018, p. 622 :

« Le plus souvent le verbe de ces relatives [il s’agit des relatives « servant à l’expression de la concession »] est au subjonctif  ; il marque que le procès n’est pas actualisé et demeure virtuel. » (Les grasses sont de moi.)

Cette grammaire illustre cette assertion par cet ex. concernant le marqueur de concession qui nous occupe (aussi … que) : aussi gentil qu’il soit.

 

 

2.  Compte tenu de ce qui précède, il semblerait qu’occasionnellement (cf. habituel let le plus souvent), on puisse utiliser l’indicatif  dans les propositions de concession.

Et de fait, le Bon usage indique qu’on on constate que « l’indicatif (y compris le conditionnel) est fréquent dans la langue parlée [et [qu’il] Il n’est pas si rare dans la langue écrite ». Il cite alors de nombreux ex. littéraires comportant l’emploi de l’indicatif et de différents marqueurs concessifs.

 

 

3. Toutefois, des indications que donnent les deux excellentes grammaires citées ci-dessus introduisent la confusion. 

a. En effet, d’une part, le Bon usage, toujours à propos des concessives,  précise : Si le subjonctif est le mode régulier*, on constate que l’indicatif … (Mis en gras par moi.)

Or, on sait que dans cette grammaire, régulier signifie « correct » (cf. le symbole ° qui veut dire « tour qui n’appartient pas au français régulier », apposé devant des tours (phrases ou autres) qui sont manifestement incorrects.°…

b. D’autre part, le Grevisse de l’étudiant (p. 628), dans un § concernant « le subjonctif dans les relatives construisant des expressions concessives », indique :  Le subjonctif est le mode obligatoire » dans ces relatives (sauf  après tout + adjectif + que), ce qui exclut la possibilité d’employer l’indicatif occasionnellement (cf. point 2 supra).

 

4. Ma conclusion pratique générale

Compte tenu de ce qui précède, je vous recommande (comme à mes étudiants) :
– d’employer le subjonctif afin d’éviter de prêter fortement le flanc à la critique ;
– de ne pas condamner catégoriquement l’emploi de l’indicatif.

 

5. Mon point de vue sur la phrase soumise

Tu ne m’impressionnes pas aussi grand que tu es »
                               OU
«Tu m’impressionnes pas aussi grand que tu sois » ?

Normalement, l’on doit choisir la seconde phrase, en application des considérations qui précèdent.

Toutefois, le premier énoncé m’apparaît défendable en théorie.
En effet,  on peut,  à mon sens, faire la distinction suivante  :
– soit l’énonciateur connaît la taille de l’homme auquel il s’adresse :  il sait, avec certitude,  qu’il est grand, voire très grand. Dans ce cas,  l’indicatif (es)  est soutenable  ; 
– dans le cas contraire  (par ex., son interlocuteur lui a dit : Fais attention à toi, je suis grand et fort). Il  n’a  ici aucune certitude sur la grandeur de son interlocuteur, le subjonctif (sois) est de rigueur.

Cordialement.

Prince Grand maître Répondu le 20 août 2018

Merci c’est clair et complet, vous avez évoqué la version électronique du Bon usage (pas d’italique sur mon portable).
Je suppose qu’il s’agit d’un abonnement.

le 20 août 2018.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.