RE: Pluriel des acronymes

Bonjour,
Dans les domaines techniques comme l’astrophysique, il existe des centaines d’acronymes y compris anglais utilisés tels quels en français. Faut-il les accorder au pluriel ?
Les Anglo-saxons et la majorité des grands sites institutionnels (ESA, MPE, les articles publiés dans les  grandes revues académiques, etc) accordent les acronymes.
Mais les Canadiens estiment qu’ils sont invariables :  une ONG, des ONG.

Quelques exemples  fréquemment trouvés dans la littérature :

Active Galactic Nucleus = AGN donne au pluriel AGNs mais s’écrit Active Galactic Nuclei
Fast Radio Burst = FRB donne au pluriel FRBs
Gamma-Ray Bursts =  GRB donne au pluriel GRBs
Objet Volant Non Identifié = OVNI donne au pluriel OVNIs mais s’écrit Objets Volants Non identifiés.
Floating-Point Operations Per Second = FLOPS est invariable. (par ex. 100 FLOPS).
Petite et Moyenne  Entreprise = PME reste invariable mais s’écrit Petites et Moyennes Entreprises.

NB. Il ne semble pas y avoir de règle générale, ni même sur la question du double S.

Q1.  Selon la grammaire française, faut-il accorder les acronymes ? Y a -t-il ou non une règle générale ?
Q2.  Faut-il les accorder en genre et comment (avec le sujet de l’acronyme traduit en français) ?

ThierryL Débutant Demandé le 10 août 2022 dans Accords
3 Réponses

J’ai l’impression que les Anglo-saxons accordent les acronymes comme s’il s’agissait de noms communs, ils écrivent « AGNs » comme ils écrivent « galaxies » ou  « airplanes ». Mais ce ne semble pas le cas en français où les mots étrangés devraient être invariables.

Votre réponse correspond à celle que j’ai trouvé sur https://www.academie-francaise.fr/questions-de-langue
En résumé : comme les sigles, les acronymes sont invariables en français sauf considérés comme noms communs où ils s’accordent et s’accordent aussi en genre

Sigles et acronymes (différence, genre, pluriel)

L’Académie française distingue les acronymes, qui se prononcent comme des mots ordinaires et s’écrivent en majuscules et sans points (UNESCO, ENA, OTAN), des sigles, dont chaque lettre est épelée et dans lesquels on place des points après chaque lettre (S.A.R.L., R.A.T.P., O.G.M., P.-D.G.).

Le genre d’un sigle ou d’un acronyme est déterminé par le genre du noyau du groupe nominal que le sigle ou l’acronyme formait avant la réduction. Ainsi, on parle de la S.N.C.F. (Société nationale des chemins de fer) puisque société, noyau du groupe nominal, est un nom féminin.

Par ailleurs, sigles et acronymes ne prennent pas d’accent et sont invariables. La liaison devant les sigles se fait selon l’usage ordinaire (voir l’article « liaisons »).

Notez qu’un acronyme lexicalisé (delco, sida) se comporte comme un nom commun : il perd ses majuscules et s’accorde en nombre.

 

ThierryL Débutant Répondu le 10 août 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.