RE: On me donne des indications, sinon je ne me serai pas arrêté

Répondu

Bonsoir.

Après sinon on emploie le futur ?
Merci.

Vartol Maître Demandé le 1 avril 2021 dans Conjugaison

Bon du coup j’ai trouvé.

le 1 avril 2021.
3 Réponses

« Sinon » ne détermine pas le mode :
Nous devons partir maintenant sinon nous arriverons en retard.
Nous devons partir maintenant sinon  nous arriverions en retard.

C’est l’intention du locuteur qui lui fait choisir l’un ou l’autre selon le degré de certitude posé sur l’hypothèse.  En 2 l’hypothèse d’un départ différé est faible. En 1 elle est envisagée davantage.

Tara Grand maître Répondu le 2 avril 2021

Désolée, Tara, je ne pense pas que Nous devons partir maintenant sinon  nous arriverions en retard. soit correct. Dans ce genre de phrases, il faut une condition, parfois sous-entendue, pour employer le conditionnel. J’ai l’impression que dans votre région, il existe cet emploi local du conditionnel comme il est possible de dire au Québec Je vous demanderais de faire ceci alors que les Français condamnent cette utilisation. 🙂

Regardez s’il vous plait ce lien : (lien 1)

  • le conditionnel ne conviendrait pas du tout. En effet, sinon ne peut pas s’appliquer à une condition irréelle ; autrement il n’y aurait pas d’alternative.
le 2 avril 2021.

L’emploi de « sinon » entre des  constructions verbales est plus nuancé que cela :
Les deux statuts de « sinon » – Persée
Un extrait :
La troisième relation sémantique majeure pourrait être décrite selon une analyse par décrochage énonciatif (7). On la rencontre dans des exemples du type :

(a) – « Les hommes d’État sont plus oublieux. Sinon, ils se souviendraient de ce même mois d’octobre avec ferveur. » (Romains cité par Sandfeld)

Le locuteur réalise d’abord, en toute autonomie, un premier énoncé et ajoute après coup l’énoncé introduit par «SINON». On a ainsi une double énonciation réalisée en deux temps successifs, le premier énoncé exprime une assertion et le second fournit l’argument justifiant cette assertion. La relation peut être glosée comme suit :

– J’asserte P. Ce qui me permet d’asserter P c’est Q.

Ainsi, avec l’énoncé (a) par exemple, on a :

– J’asserte que les hommes d’Etat sont oublieux. Ce qui me permet d’asserter cela c’est que sinon, ils se souviendraient de ce même mois d’octobre avec ferveur.
« SINON garde sa valeur d’hypothèse négative. Étant la négation d’une assertion, il apparaît comme une supposition peu recevable, cela explique que dans ce type d’énoncé, l’on emploie fréquemment le conditionnel.

C’est moi qui souligne

le 3 avril 2021.

Ces phrases n’ont pas le même statut (temps – présent / futur).

1. Les hommes d’État sont plus oublieux. (A) Sinon, ils se souviendraient de ce même mois d’octobre avec ferveur. (B)  —> (A) et (B) se situent dans le présent.

Les hommes d’État sont plus oublieux. Sinon (= s’ils ne l’étaient pas (une condition irréelle)) , ils se souviendraient de ce même mois d’octobre avec ferveur.

2. Nous devons partir maintenant, (A) sinon nous arriverons en retard. (B) —> A dans le présent, (B) dans le futur. (B) est une conséquence de (A)

Sinon nous arriverions en retard.   Il s’agit d’une condition irréelle (dans le présent et non d’un futur incertain)  Par exemple, Si nous trainions, nous arriverions en retard.  (= Mais nous n’avons pas trainé, ce n’est pas le cas.) Là, le conditionnel est à sa place. Mais pas dans votre exemple qui parle d’une conséquence dans le futur. —> Nous devons partir maintenant sinon nous arriverons (futur) en retard.

Voici le lien qui dit la même chose.

le 3 avril 2021.

Oui, j’avais bien vu.  Et pourtant je vois ceci :
Nous devons partir maintenant sinon nous arriverons en retard.
OK
Nous devons partir maintenant sinon  nous arriverions en retard

Je vois à cette phrase  un autre sens . L’hypothèse d’un départ différé  ne sera pas avérée, on le sait, mais on  imagine quand même quelles en seraient les conséquences. Le fait A est  une supposition non recevable

(Fait A  : partir – fait B arriver)
Qu’en pensez-vous Automne ? cela vous paraît-il faux ?

Je tiens à préciser que je ne cherche pas la polémique Automne. Je cherche seulement à comprendre.

le 3 avril 2021.

Oui, bien sûr, moi aussi. 🙂

Je comprends ce que vous voulez dire. Il n’est pas du tout sûr que nous partions à temps, au contraire nous pensons que nous ne le ferons pas. C’est la raison pour laquelle vous voulez employer le conditionnel. Est-ce que j’ai bien compris ? Ou plutôt, nous ne partirons pas du tout. Nous ne pourrons pas arriver en retard parce que nous n’irons pas là-bas. Est-ce plus exact ?

Je pense toujours que cet emploi du conditionnel est régional et que la plupart des francophones vous diront de reformuler votre phrase et de l’expliquer davantage en composant par exemple deux phrases.

Non, Tara votre raisonnement ne me parait pas faux (peut-être justement parce que le français n’est pas ma langue maternelle) mais assez complexe. J’ai bien peur que la plupart des francophones commencent à chercher une condition dans votre phrase.

Mais il serait possible d’ouvrir une nouvelle discussion au sujet de cette phrase, si vous le souhaitez. Nous verrons alors ce que diront d’autres membres.

le 3 avril 2021.

Oui, vous avez saisi ce que j’essaie d’expliquer. (Je ne pense pas à un régionalisme).
Ce serait en effet très intéressant d’avoir d’autre avis.. Je vous laisse ouvrir cette nouvelle discussion.
De très bonnes pâques Automne. Et à tous ceux qui me lisent !

le 4 avril 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.