RE: Nous y étant prises

Répondu

Bonjour, ma phrase est correctement orthographiée ? C’est ce que nous voulions faire, mais nous y étant prises trop tard, nous n’avons pas pu.
Merci pour votre aide. Bonne journée.

Linee Grand maître Demandé le 2 février 2019 dans Accords
4 Réponses
Meilleure réponse

Bonjour Line,

il s’agit ici de s’y prendre trop tard==>  au part. présent : s’y étant pris trop tard  (trop tôt, à l’avance, en retard, mal, bien, comme un pied, etc.). Puisqu’il s’agit de femmes  :s’y étant prises trop tard. Le verbe est à la forme pronominale, y est un pronom adverbial et le  part.  passé s’accorde au fém. pluriel.==> prises.

Conclusion : ce qu’il convient de dire : nous  nous y étant prises trop tard. 

Ac. française, Dire, ne pas dire :
« L’expression « s’y prendre » est-elle considérée familière ? Pouvons-nous écrire, par exemple dans un article : comment s’y prendre pour bien conduire un projet ? Nicolas A. (France)

L’ Académie répond :

Cette forme est correcte ; voyez ce que nous avons écrit à l’article prendre de notre Dictionnaire :

« Avec le pronom adverbial y. Accomplir, mener une affaire de telle ou telle manière. S’y prendre bien, mal. S’y prendre de travers. Il a dû s’y prendre à deux fois pour mettre le moteur en route. Elle s’y est prise trop tard. Elle sait s’y prendre avec les enfants, comment s’y prendre. Expr. fig. et pop. S’y prendre comme un pied, comme un manche, très mal. » »

Prince Grand maître Répondu le 2 février 2019

Bonsoir Prince,
Je n’ai pas répondu à Line car j’avais un doute, ce n’était pas de mon ressort.
Si je comprends bien votre réponse, la phrase de Line est incorrecte :
– C’est ce que nous voulions faire, mais nous y étant prises trop tard, nous n’avons pas pu
Vous lui suggérez d’écrire :
– C’est ce que nous voulions faire, mais nous nous y étant prises trop tard, nous n’avons pas pu
Ça me semble bizarre, encore plus en changeant de personne :
– C’est ce que vous vouliez faire, mais vous vous y étant prises trop tard, vous n’avez pas pu
Ça doit être ça, mais ça m’ecorche l’oreille 🙂

le 2 février 2019.

Bonjour Tony,

C’est pourtant bien cela  (foin du « moins 1 » qu’on m’a mis sans répondre à la question !).

Je souligne tout d’abord que, comme je l’ai écrit, il s’agit de femmes. En effet, s’il s’agissait d’hommes ou d’un ensemble mixte,  Line n’aurait pas écrit, et ce, par deux fois, prises ;  la question ne se poserait pas : on écrirait nécessairement pris.

Par ailleurs, comme je l’ai dit aussi et l’écrit l’Académie dans son Dictionnaire , il s’agit d’un verbe pronominal*.
Conjuguons :
Elle s‘y est prise trop tard, écrit l’Académie française (cf. ma réponse et la note de bas de page). Je continue la conjugaison : Elle s’ ==> Nous nous. ==> Nous nous  y sommes prises trop tard. Vous vous y êtes prises trop tard. Elles s’y sont prises trop tard.

Enfin, l’emploi du participe présent du verbe être (étant) au lieu et place du présent de l’indicatif de ce verbe (sommes ===> étant ) ne change rien aux caractéristiques que j’ai mises en valeur dès ma réponse (s’y prendre = forme pronominale ; il s’agit de femmes).

Dès lors , il convient d’écrire : nous nous y étant prises trop tard.

Il est vrai que nous ne prononçons pas cet énoncé fréquemment (surtout toi et moi !).  🙂
_________________________________________________________
* « III. V. pron.  Avec le pronom adverbial y. Accomplir, mener une affaire de telle ou telle manière. S’y prendre bien, mal. S’y prendre de travers. Il a dû s’y prendre à deux fois pour mettre le moteur en route. Elle s’y est prise trop tardElle sait s’y prendre avec les enfants, comment s’y prendre.  Expr. fig. et pop. S’y prendre comme une corneille qui abat des noix, agir avec un zèle maladroit. S’y prendre comme un pied, comme un manche, très mal. »

le 3 février 2019.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.