RE: mode avec le verbe assurer

Bonjour,
vous me confirmez que les modes indicatif ou subjonctif sont tous les deux corrects avec le verbe « assurer » comme dans les phrases ci-dessous ?

Je veux m’assurer que ma femme sait/sache à quoi s’attendre.

Je dois m’assurer que ma femme comprend/comprenne bien.
Allez-vous assurer que la trappe est/soit bien fermée.

Merci beaucoup !

lealou Débutant Demandé le 9 octobre 2021 dans Général
3 Réponses

Le verbe pronominal s’assurer a plusieurs acceptions. Employé au sens de « vérifier, se rendre certain de quelque chose », il est suivi d’un verbe à l’indicatif et non au subjonctif. Avec ce verbe dont le sens implique la certitude d’un fait, il est normal d’employer l’indicatif, qui est précisément le mode de la certitude, du fait, du réel; le subjonctif ici serait contradictoire, car c’est le mode de l’incertitude, de l’hypothèse, du virtuel.

Exemples :

– Ils s’assureront qu’elle a repris ses esprits avant de repartir. (et non : qu’elle ait repris ses esprits)

– Assure-toi que la porte est bien fermée. (et non : que la porte soit fermée)

– Nous ne nous sommes pas assurés que tout était conforme au règlement. (et non : que tout soit conforme)

– Elles s’assurent ainsi qu’elles auront de quoi nourrir leur famille. (et non : qu’elles aient)

– Les organisateurs se sont assurés que tous pourraient participer à la fête. (et non : que tous puissent participer)

joelle Grand maître Répondu le 10 octobre 2021

Il me semble bien Joëlle, que dans les cas que vous citez, le subjonctif soit/est possible également.
Lorsque les deux modes sont possibles c’est souvent qu’il y a juste possibilité de déplacer l’intérêt plutôt sur le fait de la subordonnée, plutôt sur le fait de la principale (qui est d’ailleurs une disposition psychologique).
Mais il s’agit généralement d’une nuance à percevoir pas toujours facile à détecter et encore moins à expliquer.

le 10 octobre 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.