RE: Formulations littéraires obscures

Je reviens vers vous pour éclaircir la logique de quelques formulations originales dénichées dans l’oeuvre de Chateaubriand :

1 – « ( …) personne ne le pouvait indiquer dans la foule des morts. » Pourquoi placer l’article défini avant le verbe à l’infinitif et ne pas dire « personne ne pouvait l’indiquer … » ?

2 – « Bien que turcophage, mon père avait nonobstant rancune au coeur contre les polissons russes. » Le placement et le sens associés à « nonobstant » me semblent étranges.

3 – « Je ne sache pas dans l’histoire une renommée qui me tente. » Pourquoi l’usage de « sache » est-il correct ? Pourquoi ne pas dire « je ne sais pas … » ?

4 – « Si j’avais pétri mon limon, peut-être fussé-je créé femme. » L’inversion sujet-verbe est-elle correcte puisque nous ne sommes pas confrontés à une forme interrogative ni à une forme exclamative ?

5 – « Lucile m’aurait bien voulu soutenir. » Comment expliquer le postionnement de « m' » et pourquoi ne pas avoir écrit « Lucile aurait bien voulu me soutenir » ?

Veuillez excuser le déferlement impétueux de mes questions, mais quand on aime … on ne compte pas aha.

DBUDLA223 Amateur éclairé Demandé le 6 août 2021 dans Général
3 Réponses


Dict. de l’Ac. fr. :

« 2.  Par analogie. Se déployer, se répandre massivement avec impétuosité, avec force. Les Barbares déferlèrent sur la Gaule. Les manifestants déferlèrent sur la place. »

Prince Grand maître Répondu le 6 août 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.