RE: Faut-il mettre le deuxième mot prêtre au singulier ou au pluriel ?

Mes prêtres bien-aimés, un signe spirituel ineffaçable a été imprimé sur vous ; vous êtes prêtre à jamais.

Colibri Débutant Demandé le 14 avril 2021 dans Accords
5 Réponses

Pluriel syntaxiquement obligatoire dans votre phrase, mais peut-être au détriment du sens voulu.

L’attribut, s’il n’a pas en lui-même un sens collectif (vous les prêtres, vous êtes le clergé), doit avoir le même nombre que le sujet (pas forcément le même genre : ces deux prêtres sont deux personnes intéressantes). Mais le pluriel est obligatoire en français : vous êtes tous (des) prêtres. Syntaxiquement, le singulier n’est pas possible (mais comme il n’existe pas de police de la syntaxe, je ne vous dénoncerai pas si vous dérogez à la règle).

Dans l’expression chrétienne « être roi, prêtre, et prophète », il y a peut-être un sens individualisant, et il y a probablement des langues où dans la conjugaison on peut conserver le singulier, même avec un sujet pluriel : être roi, être prêtre et être prophète.
Ce n’est pas le cas en français, et « être prêtre » se conjugue obligatoirement. Par exemple : ils sont prêtres. Au risque peut-être de perdre votre intention du singulier : ils sont chacun roi, prêtre et prophète.
Au passage, vous voyez une solution, c’est d’ajouter le mot « chacun », singularisant. Mais c’est peut-être trop singularisant ?

Il est fréquent que la question se pose, il est fréquent en français que nous souhaitions une invariabilité du complément du verbe : être-prêtre, faire-joli, sembler-libre… (ils voudraient être prêtre, ces fleurs font joli, nous pouvons sembler libre, mais ce sont trois fautes d’accord).

Si vous ne souhaitez pas qu’on n’interprète trivialement « vous êtes prêtres » comme « vous êtes les gars revêtus d’une soutane et qui ont la clé du presbytère » mais plutôt comme « vous avez reçu l’ordination qui a fait de vous un prêtre« , on peut chercher une solution conservant le singulier. Car ce qu’on ne peut pas faire avec un adjectif, on peut le faire avec un substantif.
Tandis qu’avec un verbe d’état comme « être », on ne peut pas mettre l’attribut au singulier si le sujet est au pluriel :
-> ils sont prêtres, ils sont les prêtres qui guident les fidèles. (pluriel obligatoire) ;
il suffit de changer le verbe d’état pour un verbe transitif, par exemple :
-> nous voyons en eux le prêtre qui guide les fidèles. (singulier possible : il ne s’agit plus de l’homme en soutane, mais d’un sens proche de la prêtrise, et on n’est donc plus obligé d’écrire prêtre au pluriel).

Donc, si vous ne souhaitez pas modifier votre phrase, au nom de la syntaxe française, mettez un « s », et pour une meilleure fidélité au sens souhaité, ne mettez pas de « s ». Et si on vous demande si vous préférez suivre le Secrétaire perpétuel de l’Académie française ou le pape, suivez votre conscience, tout en gardant à l’esprit que l’article 2 de la Constitution stipule que la la langue de la République est le français, et qu’une loi en préparation stipule qu’il ne saurait y avoir de conviction personnelle qui se situe au-dessus des lois de la République.

P.S. Je vois votre réponse à Joëlle, je pense avoir compris que par « prêtre » vous souhaitez insister sur la fonction et non sur la personne (j’ai abordé ce point) ; mais la question n’est pas de désadjectiver ce mot, car nous ne l’avons pas particulièrement traité comme un adjectif, ce qu’il n’est pas.

Merou Maître Répondu le 14 avril 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.