RE: Fable et inversion et le participe passé

Bonsoir à tous, j’ai eu l’occasion cet après-midi  de consulter des archives sur l’accord du participe passé et l’inversion, dans les fables par exemple. Je pensais qu’on accordait uniquement avec le pronom COD.
Par ex. : Chaque goutte épargnée a sa gloire flétrie. Pas de pronom COD. Je pensais que l’accord était uniquement avec le pronom COD, pas avec autre chose.

Manuel Grand maître Demandé le 12 février 2021 dans Accords
12 Réponses

Manuel,

Vous écrivez « La plupart du temps on accorde avec un pronom personnel, je vois rarement un accord avec autre chose. »
Encore une fois NON vous avez mémorisé une règle erronée, et cela fausse votre réflexion.

Afin de vous convaincre, voici les règles d’accord du PP avec « Avoir » (cours en ligne pour collégiens), pour le problème qui nous préoccupe :

Les différents cas d’accord avec le COD
a. Le COD est un pronom personnel
Lorsque le COD est un pronom personnel comme l’lelales ; mete ; nousvous, le participe passé s’accorde avec celui-ci.
Exemples :
Ces livres, elle les ont vendus lors d’une brocante.
                     COD (= les livres)
Cette voiture, il l’a choisie tout seul.
                     COD (= la voiture)
b. Le COD est un pronom relatif
Lorsque le COD est le pronom relatif « que » (ou « qu’ »), le participe passé s’accorde avec celui-ci.
Exemples :
J’ai acheté l’un des livres que Marion et Sophie ont vendus à la brocante.
                                    COD (= les livres)
La voiture qu‘il a choisie est très belle.
              COD (= la voiture)

c. Les phrases interrogatives et les phrases exclamatives

Lorsque, dans les phrases interrogatives et exclamatives, l’interrogation ou l’exclamation porte sur le COD ; on accorde le participe passé avec celui-ci.
Exemples :
Quels livres ont-ils achetés ?
COD
Quelle belle voiture il a choisie !
COD
CATHY LÉVY Grand maître Répondu le 23 février 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.