RE: Elles se sont endormi* devant la télévision.

Avis aux âmes sensibles, la question ci-dessous est à mettre dans la catégorie « Ingénierie grammaticale ».

Elles se sont endormie devant la télévision.      (endormie sans ‘s’)

J’ai compris que le but du jeu dans les verbes pronominaux était de trouver ce qui se cache derrière le pronom réfléchi – notamment.

En explorant le « se » de cette phrase, je me suis dit qu’il y avait davantage l’idée du  « chacun » (donc singulier) plutôt que « eux-mêmes » dans la mesure où les individus ne s’endorment pas les uns les autres. L’objet de l’action « endormir » serait donc moins un pluriel qu’un ensemble de singuliers.

Qu’est ce qu’elles ont endormi ? Réponse : Chacune, elle-même.

Dans le cas ci-dessous, aucun problème :
Marie et Pierre se sont mariés. Qu’est ce qu’ils ont mariés ? Eux-mêmes.

Voyez-vous une incohérence fondamentale ?

JackIsJack Maître Demandé le 11 octobre 2016 dans Accords
6 Réponses

Bonjour
Ce qu’il y a de bien avec les sujets des forums de ce merveilleux site, c’est qu’ils sont intemporels. Je passe donc par ici en septembre 2021, soit cinq ans après le dernier message, mais c’est pour revenir sur le « se sont mariés ». Je ne dirai pas, contrairement à Jacklsjack « aucun problème ».
Dans son exemple; « Marie et Pierre se sont mariés,  eux-mêmes, dit-il, donc « aucun problème ».
Eux-mêmes, oui, mais entre eux-mêmes ? Rien ne permet de le savoir.
Si je raconte que je suis partie à la recherche de vieux amis ici et là, et que je dis que j’ai été particulièrement heureuse d’avoir revu Marie et Pierre, qui s’étaient mariés et avaient des enfants, je n’indique nullement s’ils se sont épousés l’un l’autre, ou si chacun s’est marié de son côté.

Je me demande si on pourrait appliquer à « se marier » la règle appliquée à d’autres verbes pronominaux (se regarder par exemple) où le simple fait d’accorder ou pas permet de faire une différence.

Je ne suis pas non plus forcément d’accord avec l’idée qu’il faille absolument respecter « des règles vieilles de plusieurs siècles », et le faire justement au nom de leur ancienneté. D’abord parce qu’elles ne sont pas forcément si vieilles (certaines consignes de l’accord du participe passé étaient par exemple différentes au tout début du XXè siècle), ce qui montre qu’on a su faire évoluer certaines (en mieux ou en moins bien, ça c’est un autre débat), ensuite parce que l’Académie elle-même applique l’idée qui est de valider un usage, et pas forcément de rester dans l’immuable.

Hélas, comme le dit Jörn Albrecht,  linguiste de l’université de Karlsruhe et qui a particulièrement écrit sur les traductions : « la langue est encore ce qu’on a trouvé de moins imparfait pour traduire une idée ». On trouvera donc toujours dans une langue « quelque chose qui ne va pas »…  D’un autre côté, ces multiples imperfections permettent d’alimenter les forums, alors réjouissons-nous ! 🙂

Bien cordialement,

Emsi Amateur éclairé Répondu le 7 septembre 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.