RE: déterminants indéfinis

Répondu

Bonjour les ami(e)s.
A ma connaissance ce que nous appelons aujourd’hui les déterminants indéfinis sont considérés dans la grammaire traditionnelle comme des adjectifs indéfinis. Cependant, j’ai lu dans un manuel de grammaire ( Le Grevisse de l’étudiant de Cécile Narjoux) que le déterminant indéfini tout peut avoir une fonction d’adjectif dans un groupe prépositionnel pour tout(e)+ nom ou bien lorsqu’il est détaché avec le sens de entier. jusqu’ici tout est clair sauf que je ne comprends pas comment un déterminant qui est à la base un adjectif peut-il avoir une fonction d’adjectif séparée de sa fonction de déterminant ? N’est ce pas là un pléonasme de considérer un déterminant comme un adjectif ? Merci de bien vouloir m’éclairer si j’ai tort.
Amitié.

3 Réponses

Vous nous demandez d’expliquer les théories fumeuses de Cécile Anjoux. Cette personne n’existe pas. L’auteur du Grevisse de l’étudiant est Cécile Narjoux. Elle a publié son livre 38 ans après la mort de Maurice Grevisse, et il est clair qu’il n’y a aucune continuité entre eux. C’est simplement une maison d’édition qui utilise le nom d’un mort pour promouvoir un auteur.

Adjectif, c’est une nature, et déterminant, c’est un rôle syntaxique. La nature d’un mot, ça n’a aucune importance, ça ne sert à rien, ça n’existe pas en dehors des dictionnaires et autres listes, les mots n’ont pas de nature intrinsèque utile à considérer en grammaire. Un adjectif, c’est le mot qui a le moins de définition syntaxique possible. On peut utiliser un adjectif au sens du dictionnaire comme un nom (le beau), comme un pronom (tel qui…), comme un adverbe (tenons bon), comme un déterminant (trois matelots), comme un complément qualificatif (vélo rouge).

Alors savoir si le mot « tout » est un adjectif ou un déterminant, la belle affaire… parlez-vous de sa nature ou de son rôle syntaxique ? Bref, arrêtez de chercher. Ce mot a de nombreuses utilisations, mais un adjectif ne devient pas déterminant, ni l’inverse… car « adjectif » est une notion lexicale, et « déterminant » est une notion syntaxique, et le mieux aurait peut-être été que ces notions ne se croisent jamais, ou en tout cas ne soient jamais associées, étudiées ensemble, au point qu’un professeur s’embrouille.
Si votre Cécile Anjoux dit comme vous l’écrivez qu’un déterminant peut avoir une fonction d’adjectif, ce n’est pas vraiment qu’elle se trompe, c’est juste de la bêtise crasse. Ou peut-être est-ce une erreur d’inattention et a-t-elle inversé les mots pour dire qu’un adjectif peut avoir une fonction de déterminant ? De toute façon on ne devrait pas laisser publier des livres comme ça. Ou alors, elle a expliqué dans un premier chapitre sa définition personnelle du mot « adjectif ». Ou encore, vous avez mal recopié son analyse. Je ne comprends pas qu’une universitaire puisse se laisser aller à écrire « une fonction d’adjectif ». Mais a-t-elle même écrit son livre ? ou a-t-elle simplement vendu sa signature comme caution universitaire aux propriétaires de la marque Grevisse ?

Feuillu Grand maître Répondu 4 jours auparavant

Belle mise au point Feuillu.
Et puis : la terminologie est un véritable problème dans l’enseignement de la langue.  Il est vrai que même les enseignants s’y perdent. C’est terrible parce que pour réfléchir, il est besoin de rigueur.
Il est ensuite très difficile d’inciter à remettre en question les notions apprises.

4 jours auparavant.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.