RE: Correcteur versus correctrice

Répondu

Bonjour,

Le féminin de correcteur existe – Correctrice
Le féminin de relecteur existe – Relectrice
L’emploi du terme professionnel « correcteur-relecteur » pour désigner ce métier exercé par un homme est donc juste
L’emploi du terme « correctrice-relectrice » pour désigner ce métier exercé par une femme l’est donc (logiquement) également.

Ma question 1 est : Pourquoi voit-on souvent ces termes accordés au masculin, même quand ils concernent la profession exercée par une femme ?

Ma question 2 est : l’emploi du masculin pour décrire cette profession, quand elle est exercée par une femme, est-il incorrect ? (… puisque le féminin existe)

Et enfin, s’il n’est pas incorrect d’utiliser le masculin dans ce cas précis (alors que le féminin existe), pourriez-vous m’expliquer pourquoi?

Merci d’avance…

Cocojade Maître Demandé le 14 août 2022 dans Question de langue
3 Réponses

Bonjour,  je me permets de vous suggérer la lecture de ce lien : https://acontretemps.org/spip.php?article673

Vous y trouverez quelques éléments aptes à nourrir votre réflexion sur le sujet que vous évoquez ci-dessus.

Un lecteur-correcteur 😉

Grinta Grand maître Répondu le 15 août 2022

Bonjour Grinta,

Article de fait extrêmement enrichissant et mettant en avant plusieurs des incidences de la féminisation des mots. Effectivement cette « mouvance » semble bien désuète en regard de la partie de l’iceberg immergé (bien plus grave) qu’elle occulte (souvent), et qui continue donc (souvent) de ne rester qu’en arrière-plan.  Effectivement, sous un autre angle, cette féminisation introduit une notion de distinction liée au sexe, là où cela n’est pas forcément souhaitable et/ou ne présente aucun intérêt. Quand nous lisons un livre, le contenu me semble plus important que de savoir si c’est UN écrivain ou UNE écrivaine qui en a livré l’écriture (Sauf sur certains sujets évidement). Le paradoxe étant également que le nom de certaines professions admettrait mal l’emploi du masculin là où il est évident que le féminin s’impose. (quel enfant aurait envie de dire mon maître d’école en parlant de sa maîtresse d’école ? ) et, nul ne peut nier également que l’emploi du masculin, là où il serait logique de créer et/ou d’employer le féminin, participe également (volontairement ou pas) à l’invisibilisation d’une partie de ceux qui composent notre société (les femmes en l’occurrence)  Donc…. Sujet vaste et compliqué ! 🙂

Merci pour votre retour Grinta, les éléments transmis ont effectivement nourri ma réflexion.
Une lectrice-correctrice en éventuel devenir 😉

le 15 août 2022.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.