RE: Bonjour

« des chimères, nous nous en sommes toutes forgé ».
Intuitivement, je l’écris ainsi mais je ne sais pas expliquer pourquoi  je n’accorde pas « chimères » et « forgé »

Colombin Débutant Demandé le 7 novembre 2020 dans Accords
4 Réponses

Obs. préalable : Dans qqn se forge qqch.  (des idées, des chimères, des illusions…), se n’est pas C.O.D.

« Forger au figuré
a) [Le suj. désigne une per.]
) Forger qqc.
[…]

 Emploi pronom. indirect.  Il a eu une histoire trop désordonnée pour se forger des dogmes solides (BARRÈS, Cahiers, t. 12, 1919-20, p. 287). Il est vrai que tout homme jalousement et puissamment personnel se forge un langage secret (VALÉRY, Variété II, 1929, p. 100). Cette force que je m’étais forgée dans la solitude (MONTHERL., Pasiphaé, 1936, p. 115) »    Cf. TLFi.

Dans la phrase soumise, le second nous n’est pas C.O.D. (ex. : elle s’est forgé des idées. Elle a forgé quoi ? des idées. Elle a forgé qui ?  Pas s’ = elle! pour qui ? pour elle) mais C.O.I. (COS). Le C.O.D. est le pronom neutre et partitif en. En prend une partie de son antécédent (des  chimères)  et désigne une quantité qui n’est pas nombrable. Le PP forgé reste donc invariable.  

Autre ex. : Des consignes, ils s’en étaient donné. 

Prince Grand maître Répondu le 7 novembre 2020

Exact !

le 15 novembre 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.