Lagaffe & Cie

Répondu

Bonjour bonjour,

Existe-t-il un terme désignant le procédé consistant à baptiser un personnage de fiction en fonction de certaines de ses caractéristiques, physiques ou autres ?

Exemples (tous tirés des indémodables albums de Gaston Lagaffe, du regretté André Franquin) :
– l’agent Longtarin, affublé d’un long tarin (nez, en argot);
– le capitaine Beaucoudeau des pompiers (qui doit effectivement en utiliser beaucoup);
– M. Boulier, comptable de son état (et qui, de ce fait et bien avant les calculatrices et ordinateurs, utilisait pour son travail un instrument dénommé boulier);
– Ducran & Lapoigne, voisins de la rédaction et constructeurs de ponts au physique peu amène;
– Bertje Van Schrijfboek, traducteur dont le nom signifie « calepin » ou « carnet d’écriture » en néerlandais;
– Bertrand Labévue et Gaston Lagaffe lui-même, dont les patronymes se passent d’explications.

Merci d’avance 🙂

GeorgeAbitbol Grand maître Demandé le 9 septembre 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

1 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Il n’y a pas de nom pour cela non.
La raison en est que, de façon plus générale, les noms de famille trouvent pour un grand nombre leur origine dans la désignation d’un trait physique ou moral : Lebrun, Ledoux, Petit – d’une profession : Marchand, Leverrier, Letourneur, Charpentier etc.
La liste est longue.
Les auteurs qui choisissent des noms pour leurs personnages ne font pas autrement.
Certains -qui ont un souci plus grand de la vraisemblance- modifient un peu le nom commun qu’ils ont choisi, ou s’arrangent pour que des connotations s’attachent au nom inventé.
Un exemple célèbre : Bovary qui, s’il n’existe pas comme nom commun, évoque le mot « bovin » , ce qui n’est certainement pas un hasard.
Chez Zola, Malgras est gras et a « l’air d’un cocher de fiacre mal tenu », Rougon le père surtout, ( on pense à rougeaud bougon) n’a rien de très raffiné, il est rude et rusé.
Rougon (on pense à rougeaud, bougon) le père a la peau rude, le masque épais, il est rusé.
Chez Giono on a un Murataure, nom qui ne fait pas sans raison penser au minotaure.

Ce ne sont que quelques exemples mais les cas foisonnent.
Dans les œuvres comiques, le nom est même un ressort du comique.

Tara Grand maître Répondu le 9 septembre 2021

Merci beaucoup chère Tara !

Oui, effectivement, dans tous les cas que j’ai cités, il est indéniable que l’effet comique est voulu et recherché. Mais je n’avais jamais pensé à faire le parallèle avec des patronymes réellement existant et qui désignent, eux aussi – à l’origine en tout cas – une caractéristique de celui ou celle qui en est porteur.

le 9 septembre 2021.

🙂

le 10 septembre 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.