« Il n’est si bonne compagnie qui ne se quitte. »

Répondu

Bonjour à tous,

J’aime beaucoup cette formule « dont on use plaisamment pour prendre congé » (Académie; cf https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9Q0304):

« Il n’est [ou il n’y a] si bonne compagnie qui ne se quitte. »

Pourtant, si l’on prend la peine d’analyser cette phrase, elle signifie à peu près ceci (si je ne fais erreur): il n’existe pas de compagnie qui soit bonne au point qu’on ne veuille (ou puisse) la quitter. Ainsi, derrière l’élégance de la formule, pointe tout de même une remarque quelque peu désobligeante quant à la qualité de la compagnie que l’on quitte. Faut-il alors en conclure que cette expression ne devrait s’utiliser qu’à titre ironique (lorsqu’on veut faire comprendre, tout en restant élégant, qu’en réalité quitter la compagnie en question nous met en joie)  ?

Merci d’avance 🙂

GeorgeAbitbol Grand maître Demandé le 18 août 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Non, pas d’ironie. Juste une façon plaisante parce qu’ancienne de parler. Mais le sens est conservé : même quand c’est bien, ça finit par s’arrêter.
Evitons d’y voir l’expression d’une cause et d’une conséquence du type « si… que… » et tout redevient clair.
* Donnons à « si » le sens de « très » (c’est si bon…).
* Admettons qu’il n’y a pas de « que » dans la phrase ; le « qui » est juste un pronom relatif, et en aucun cas un « que » déguisé (des gens qui se quittent).
* Confirmons que le « ne » de « ne se quitte » est une négation signifiant « ne se quitte pas » (rien qu’on ne quitte avec regret).
On obtient ainsi :
— Il n’est de = Cela n’existe pas, une
— si bonne compagnie = compagnie (pourtant) très agréable
— qui = qui, pronom relatif faisant le lien entre deux propositions
— ne se quitte = ne se quitte pas, ne soit pas obligée de se séparer
–> Cela n’existe pas, une compagnie pourtant très agréable qui ne soit pas obligée de se séparer. Bien que la compagnie soit très agréable, il faut bien qu’on se sépare. Excusez-moi, ce n’est pas que je m’em*** , mais ma femme m’attend dans la voiture. J’en aurais bien repris un avec vous, mais l’hôpital m’appelle pour une urgence… ou alors juste un dernier et j’y vais.

Le dico de l’Académie donne le sens de cette expression. Inutile de chercher.

le 18 août 2021.

Hélas non, mon bon @Prince, le dictionnaire en ligne de l’Académie française ne donne pas le sens, la définition de cette phrase, il n’en donne que l’usage.
Il est d’ailleurs normal qu’un dictionnaire ne donne pas le sens des phrases. Comprenez-vous cela ?

le 18 août 2021.

Merci infiniment, cher Politburo, pour cette analyse aussi fine que pertinente !

le 18 août 2021.

???

le 19 août 2021.

Bonjour,

L’Académie dit « plaisamment » :

« Expr. proverbiale. Il n’y a si bonne compagnie qui ne se quitte, formule dont on use parfois, plaisamment, pour prendre congé. »

Or, « plaisamment » ne signifie  pas « quelque peu désobligeante », « ironique ».

Académie :
Plaisamment :

« De manière agréable. Une table plaisamment décorée. Il raconte plaisamment ses souvenirs. »
Spécialement. Avec drôlerie, humour ; dans l’intention d’amuser, de divertir. Il a plaisamment répondu à la question. »

 

Ironie (ironique n e sert àrien):

« 1. Procédé consistant à dire le contraire de ce qu’on pense ou veut faire entendre, mais de manière à laisser percevoir son opinion véritable. L’antiphrase est une forme de l’ironie. Manier finement l’ironie. L’ironie abonde dans « Les Provinciales », dans les « Lettres persanes ». Il dit cela par ironie, sans ironie.


PHILOSOPHIE.
 Ironie socratique ou, simplement, ironie, art de questionner en feignant la naïveté, l’ignorance, dont usait Socrate, dans sa maïeutique, pour amener peu à peu ses interlocuteurs à se contredire et à découvrir leur erreur. »

Expr. fam. Il lui faudrait des points d’ironie, se dit d’une personne qui ne perçoit pas facilement l’ironie d’un propos (par allusion à la proposition, faite à la fin du xixe siècle, d’un signe de ponctuation qui signalerait au lecteur les phrases où l’on use de ce procédé).


2. .
 Moquerie dans les propos, dans le ton, ou dans l’attitude ; disposition de l’esprit à la raillerie, à la causticité. Il intimide par son ironie continuelle. Regarder quelqu’un avec ironie, d’un air plein d’ironie. Mettre dans ses paroles une nuance, une pointe d’ironie.


Fig. Goûter l’ironie de la situation. Ironie du sort, intention railleuse qui semble présider à certains évènements, à certaines rencontres de faits, qui s’opposent de façon étrange ou cruelle à ce qu’on pouvait attendre ou espérer. L’ironie du sort a voulu qu’il fût victime de sa propre machination. Par métonymie. Fait, situation qui semble résulter d’un hasard malicieux. C’est une ironie du sort. »

 

 

Prince Grand maître Répondu le 18 août 2021

Cher Prince,

Je vous remercie vivement pour cette réponse, mais il se trouve que je sais lire et qu’il n’est guère utile de recopier, dans votre réponse, une définition que j’indique moi-même dans ma question. De même, je connais la signification des termes « plaisamment » et « ironie » (tout comme « ironique », dont je ne comprends pas pourquoi vous dites qu’il « ne sert à rien ») et le sens de ma question quant à l’expression « il n’est si bonne compagnie… » était précisément lié au fait que, bien que l’académie la désignât comme une formule dont on use « plaisamment », j’y trouvais pour ma part (en me trompant, semble-t-il) une touche d’ironie. Votre réponse, bien qu’abondamment fournie, ne m’aide donc malheureusement pas, contrairement à celles de Politburo et de Tara ci-dessous.

le 18 août 2021.

On trouve la phrase et son sens dans le dico à Compagnie.

Prince Grand maître Répondu le 18 août 2021

Aujourd’hui, elle signifie ce que la nuvième édition indique à Compagnie : « Expr. proverbiale. Il n’y a si bonne compagnie qui ne se quitte, formule dont on use parfois, plaisamment, pour prendre congé. »

Prince Grand maître Répondu le 18 août 2021

* Ce que vous écrivez là, c’est presque exactement  la première phrase de la question de GeorgeAbitbol. Pourquoi tout recopier sans cesse ?
* Merci de fusionner vos trois réponses en une seule.

le 18 août 2021.

Mais c’est cela. C’est pour montrer que ça figure dans le dico.

le 19 août 2021.

J’entendais plutôt cette expression ainsi :
Aussi bonne que soit une compagnie, on doit cependant la quitter.

Ce qui n’empêche pas de l’employer de façon plaisante car le phrase est d’un style suranné.

Tara Grand maître Répondu le 18 août 2021

Si.

le 18 août 2021.

Pourquoi « si »  Prince ?
Vous voulez dire que si, cela empêche de l’employer de façon plaisante  ?

le 18 août 2021.

Merci Tara !

le 18 août 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.