Emploi du verbe taxer par Grevisse

On trouve p. 1171 du « Bon usage » la phrase

    • Cette variation ne peut donc être taxée d’incorrecte.

 

Je croyais que l’emploi d’un adjectif après le verbe taxer était erroné en français. Je m’étonne donc beaucoup de ce choix. Qui saura m’éclaircir ?

Jareczek Débutant Demandé le 9 avril 2022 dans Question de langue

Vous « éclaircir » consisterait à vous rendre plus clair (couleur de votre peau, de vos cheveux ?)…
Ici, nous ne savons pas le faire.
Je suppose que vous souhaitez plutôt être « éclairé »?

le 11 avril 2022.

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

5 réponse(s)
 

Au sens figuré

1.

a) Taxer qqn de qqc.

− Accuser quelqu’un de. Taxer d’avarice, d’imprudence, de malhonnêteté, de méchanceté, de négligence, de vanité. P .
− Qualifier, traiter quelqu’un de. 
source CNRTL
joelle Grand maître Répondu le 9 avril 2022

Bonjour,

Le Girodet écrit : Taxer quelqu’un de peut être suivi  d’un nom abstrait, mais non d’un adjectif. On peut dire : On l’a taxé de paresse, mais on n’écrira pas : On l’a taxé de paresseux. 

Grevisse s’écrit dans accent.

Prince Grand maître Répondu le 9 avril 2022

L’Académie française écrit la même chose.

le 9 avril 2022.

En effet : taxer quelqu’un de  signifiant accuser quelqu’un de, le sens appelle un substantif.

Ou alors : taxer quelqu’un d’être + adjectif => taxer quelqu’un d’être avare (exemple du TLF).

Tara Grand maître Répondu le 9 avril 2022

1171 ???

Prince Grand maître Répondu le 10 avril 2022

Vous avez raison Jareczek,

Dans la phrase « Cette variation ne peut donc être taxée d’incorrecte. »  la tournure est justement incorrecte.
Voir ICI ce qu’en dit l’Académie.
Définition donnée par l’Académie :
Taxer signifie encore AccuserOn le taxe d’avarice. On le taxe d’être avare. 
Aussi,
« Taxer de »  doit être suivi d’un substantif.
« Taxer d’être » doit être suivi d’un adjectif qualificatif.

Par conséquent, pour l’exemple donné par Grevisse, il aurait fallu écrire :
« Cette variation ne peut donc être taxée d’incorrection »
OU BIEN
« Cette variation ne peut donc être taxée d’être incorrecte« , tournure plutôt lourde du fait de la répétition de l’auxiliaire.

Cathy Lévy Grand maître Répondu le 11 avril 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.