Dans l’ombre d’une chambre (double sens) ?

Répondu

Détenus dans l’ombre d’une chambre, la lueur d’un monde inconnu ne demande qu’à s’illuminer.

En exprimant cette phrase, il me semblait évident que je parlais de l’ombre que l’on trouve à l’intérieur de la pièce.
Puis, je me demande finalement si ce n’est pas un contre sens ? L’ombre que fait une chambre est peut-être plus à l’extérieur finalement, même si c’est un peu tiré par les cheveux.

Pour précision, détenus est relatif aux 2 personnages, d’où le pluriel, mais là-aussi je me demande si on peut rapporter détenus aux 2 personnages dans le CC de lieu, sans le rapporter au sujet « la lueur d’un monde incconnu », ce que je ne souhaite pas exprimer.

juliano3169 Grand maître Demandé le 9 mars 2018 dans Question de langue
Ajouter un commentaire
17 réponse(s)
 

Bonjour.
Votre question n’est pas très claire – votre phrase non plus : je n’arrive pas à comprendre ce que vous cherchez à exprimer.

Ce qu’il est possible de remarquer, c’est une construction fautive : « détenu » devrait se rapporter au sujet de la proposition principale, à savoir « la lueur », ce qui n’est pas ce que vous voulez. Il faut donc construire la phrase autrement. Peut-être pourriez-vous nous expliquer de façon simple, sans effet d’écriture, ce que vous voulez exprimer ?

jbambaggi Grand maître Répondu le 9 mars 2018
Ajouter un commentaire
Meilleure réponse

Bonjour Juliano, ce n’est pas tant l’ombre d’une chambre qui me gêne dans cette phrase. On en comprend aisément le sens, même si en toute rigueur le mot ombre n’est pas tout à fait approprié pour parler de l’ambiance sombre qui règne dans une pièce (comme vous le mentionnez, ombre est plus précis et se rapporte à un objet — l’ombre de ta main, l’ombre de ton chien — qui ici ne peut pas être la chambre), il vaudrait mieux parler de la pénombre de la chambre. Par contre c’est ce participe passé détenus qui me fait tiquer car il n’est rattaché à aucun élément de la phrase et je ne pense pas qu’on puisse le laisser orphelin comme ça (il faudrait un mot — un simple possessif ferait l’affaire — qui se rapporterait au deux personnages auquel il pourrait se rapporter). Enfin la lueur qui s’illumine me semble un peu pléonastique…

ChristianF Grand maître Répondu le 9 mars 2018
Ajouter un commentaire

Bonjour, il est vrai que le contexte du film (Room) est important. Il s’agit de 2 personnages détenus de force dans une chambre, dont un enfant qui étant né sur place n’a jamais connu la lumière du jour à l’extérieur, la liberté.

Ma micro-critique sera associée au film et donc le contexte sera plus clair.
Je pense qu’il faut supprimer détenus, vu que je ne fais pas mention des personnages dans la phrase.

Dans l’ombre d’une chambre, la lueur d’un monde inconnu ne demande qu’à s’illuminer.
Je définis le lieu avec mon CC de lieu en tête de phrase, puis j’exprime le fait que pour l’enfant né et séquestré (contexte du film dont je parle aidant),  la lueur du monde qui lui est inconnu ne demande qu’à s’illuminer, c’est l’espoir vers la liberté. Evidemment, sans contexte la phrase peut paraître mystérieuse et c’est aussi le principe, mais elle me semblera très clair pour ceux ayant vu le film.

J’espère avoir été plus clair.

juliano3169 Grand maître Répondu le 9 mars 2018
Ajouter un commentaire

Bonjour ChristianF, tout à fait pénombre ou obscurité seront plus appropriés et comme je vais supprimer détenus, je récupère quelques caractères (140 max).
Je vais voir à reformuler en faisant mention des personnages avec un possessif ou de ne plus en parler. Pour le pléonasme, là-aussi je peux modifier, même si pour le coup je trouve ça beaucoup moins gênant par la métaphore.
Il est vrai qu’à la relecture le participe passé « détenus » m’a aussi beaucoup choqué, j’ai commis une grosse erreur lors de la rédaction de cette critique, il y’a quelques mois.

Faute de temps, je reviendrai compléter ce fil quand j’aurai reformulé cette ancienne micro-critiques, d’ici quelques jours.

Bonne journée à vous et à jbambaggi

juliano3169 Grand maître Répondu le 9 mars 2018
Ajouter un commentaire

Je repense à une tournure que j’ai utilisé récemment pour une autre micro-critique, par rapport à détenus qui ne se rapportait pas à la lueur d’un monde inconnu.

Si j’écris :
– Enfermé ou libre, l’amitié est précieuse. (Les évadés).
– Riche ou pauvre, la vie est difficile.

Est-ce que je commets la même erreur ? J’ai l’impression que non, car je définis en tête de phrase une situation générale qui ne se rapporte pas au sujet de la phrase.

juliano3169 Grand maître Répondu le 9 mars 2018
Ajouter un commentaire

Re-bonjour, juliano.

L’erreur est en effet la même. Enfermé  devrait renvoyer au sujet de la proposition principale. Mais vous pouvez écrire : Qu’on soit enfermé ou libre, l’amitié est précieuse. Même chose avec la seconde phrase : Qu’on soit riche ou pauvre, la vie est difficile.

jbambaggi Grand maître Répondu le 9 mars 2018
Ajouter un commentaire

Re-bonjour, jbambaggi.

Je m’en doutais quand même après la piqûre de rappel que j’ai eu dans les premières réponses.
J’ai évidemment pensé à écrire comme vous : Qu’on soit enfermé ou libre, l’amitié est précieuse. La difficulté est que dans l’exercice de la micro-critique, on est limité à 140 caractères, donc on manque souvent de caractères et on synthétise, oubliant la grammaire. Bien entendu, avec une erreur aussi grossière, je vais aussi refaire celle-ci dès que possible. Je serai bien plus vigilant à cela pour l’avenir.

Merci pour votre aide

juliano3169 Grand maître Répondu le 9 mars 2018
Ajouter un commentaire

Bonjour, toujours dans ce thème des CC qui se rapportent à une action, que pensez-vous de la structure de cette phrase un peu plus complexe.
1. Guidé par la lumière d’une foi en la persévérance, choisir de sombrer dans les profondeurs du désespoir ou d’émerger à la surface et vivre.

A la réécrire aujourd’hui, j’opterai pour la formulation suivante.
2. Guidé par la lumière d’une foi en la persévérance, ne pas sombrer dans les profondeurs du désespoir et émerger à la surface pour vivre.

D’ordre plus général, quand il y’a dans une phrase longue avec plusieurs actions, la grammaire suivante est t’elle juste ?
3. Chez FedEx, il faut aller très vite et on ne prend pas le temps d’aimer, puis on apprend la vie sur une île déserte, en parlant avec Wilson.
C’est chez Fedex qu’il faut aller très vite et où on ne prend pas le temps d’aimer, mais c’est sur une île déserte qu’on apprend la vie en parlant avec Wilson. En gros, pouvez-vous me confirmer que l’association des différents CC se rapporte uniquement à sa subordonnée et qu’il ne faut pas faire de seconde phrase ? D’autant que commencer une phrase par « puis » ou « mais » me semble un abus.

juliano3169 Grand maître Répondu le 10 mars 2018
Ajouter un commentaire

J’ai aussi un petit doute pour la phrase.
4. Seul, votre monde n’est rien sans les autres. Votre monde (sujet) n’est (verbe) rien (COD) sans les autres (CC de manière). Quelle est la nature de seul (?)
Par rapport aux autres exemples vu ci-dessus, j’ai l’impression que celui-ci est correct ?

juliano3169 Grand maître Répondu le 10 mars 2018
Ajouter un commentaire

Bonsoir Juliano, je reprends la discussion et je dois dire que je ne partage pas du tout l’avis de jbambaggi sur les deux phrases que vous avez citées plus haut : Enfermé ou libre, l’amitié est précieuse et Riche ou pauvre, la vie est difficile qui pour moi ne contiennent absolument pas  d’erreur dans la mesure où les adjectifs (enfermé, libre, riche, pauvre) se rapportent de façon évidente à une personne non exprimée mais clairement identifiée, celle pour qui l’amitié est précieuse ou la vie est difficile (ce qui n’était pas le cas dans votre phrase initiale). Je ne vois donc aucune raison pour alourdir ces phrases par Qu’on soit…

De la même façon, dans votre dernière question, l’adjectif seul se rapporte à vous, sujet non exprimé mais représenté par l’adjectif possessif votre [monde…]. Et donc cette phrase, comme les deux citées plus haut, est parfaitement correcte.

Je réponds également à votre question précédente (je viens de réaliser que votre critique porte sur le magnifique film « Seul au monde » … 😉 ). Vous avez bien fait de supprimer choisir qui rendait la phrase bancale. Deux petites observations sur la formulation de vos questions : quand il y a (pas d’apostrophe) et est-elle juste (pas d’apostrophe mais un trait d’union). Sinon, pour la phrase 3), la première formulation me semble beaucoup plus claire, je supprimerais juste (éventuellement) la virgule après sur une île déserte.

ChristianF Grand maître Répondu le 10 mars 2018

Plutôt que « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », j’essaye d’imaginer ce qu’aurait donné la formulation « Riche ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir »… 

C’est encore plus clair que la phrase dont nous discutons puisque  les adjectifs riche et misérable  « se rapportent de façon évidente à une personne » cette fois  non seulement « clairement identifiée » mais « exprimée » (le vers précise « vous »)…

Sauf que ces adjectifs ne seraient pas en apposition (=placés à côté) à « vous » mais à « les jugements de cour ». Même la licence poétique ne permet pas, me semble-t-il, de considérer que ce qui est accolé… ne doit pas être considéré comme tel parce qu’il faudrait imaginer un autre mot – manquant ou non – à cette place…

Ne vaut-il pas mieux s’en tenir à cette règle claire :  nous sommes en présence d’adjectifs en apposition à un nom, bien séparés de lui  par une virgule comme doivent l’être les adjectifs en apposition. C’est donc ce nom que les adjectifs devraient qualifier.

Or, ici, les adjectifs riche et pauvre ne sont pas destinés à qualifier la vie alors que leur placement en apposition à ce mot devrait l’imposer. Il est donc préférable,  il faut même bâtir la phrase autrement : non pas « Riche ou pauvre, la vie est difficile » mais, par exemple, « Qu’on soit riche ou pauvre, la vie est difficile ».

Ajouter « qu’on soit » alourdit ? Dommage que le sens de la phrase empêche de mettre « selon que vous serez »… 😉

le 11 mars 2018.
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.