Conjugaison

Répondu

Bonjour,

Dans un roman, je suis tombée plusieurs fois sur cette tournure :
« S’il y avait eu plus de monde et que la nourriture soit suffisante… »
Je ne comprends pas l’emploi du subjonctif pour le verbe être, que j’aurais conjugué de la même façon que l’autre verbe : « S’il y avait eu plus de monde et que la nourriture avait été suffisante… »
Auriez-vous une explication svp ? Existe-t-il une règle concernant l’emploi de « si », selon laquelle le 2e verbe doive être au subjonctif ?

Merci d’avance !

Chocolatine Amateur éclairé Demandé le 10 mai 2020 dans Question de langue
Ajouter un commentaire
9 réponse(s)
 

Vous avez a priori mille fois raison. Quel est ce roman ?

Je complète ma réponse : dans certains cas, ellipse de « supposons que » la nourriture soit suffisante ? Est-ce que cela pourrait être cohérent ? Je ne l’envisage pas avec le plsu-que-parfait :
« s’il y avait eu plus de monde et de la nourriture en quantité suffisante. 

joelle Grand maître Répondu le 10 mai 2020
Ajouter un commentaire

Merci pour votre réponse si rapide !
Il s’agit de Hunger Games de Suzanne Collins (tome 2). J’ai modifié la phrase mais c’est bien cette tournure que j’ai rencontrée 3 fois.

Chocolatine Amateur éclairé Répondu le 10 mai 2020
Ajouter un commentaire

Je pense malgré tout que c’est une règle de la syntaxe, lorsqu’on a un premier début de phrase hypothétique commençant par « si » (en style littéraire classique, naturellement) — « si j’avais été roi d’un pays magique » (exemple) — la suite complétée par une autre hypothèse intoduite par « que » se met au subjonctif (avec le sens de, pour faire simple, « en supposant que » ) — ainsi dans l’exemple, « si j’avais été roi d’un pays magique, et que j’eusse eu le don de changer le plomb en or, etc etc  » — il me semble qu’on rencontre ça souvent chez Gautier, Nerval — peut-être moins de nos jours, mais ce tour ne semble pas fautif. A vérifier pour ne pas punir la traductrice.

Leopardi Érudit Répondu le 10 mai 2020
Ajouter un commentaire

Pour compléter ce qui précède: Pellat Rioult Riegel donnent dans leur grammaire (PUF) un exemple encore plus simple: « S’il vient et que nous ne soyons pas là, dites-lui où il pourra nous trouver » — après un long développement sur le fait que ce qui est introduit par « si » n’est jamais asserté positivement, ou absolument décisivement, d’où leur mention: « un que reprenant un si se construit avec le subjonctif » — donc dire à l’intervenante ci-dessus qu’il ne faut pas modifier  sa phrase, et que la traductrice a raison.

Leopardi Érudit Répondu le 10 mai 2020
Ajouter un commentaire

Il s’agit là d’une tournure littéraire mais parfaitement correcte et reconnue. Vous pouvez vous en assurer en consultant l’OQLF dans son article sur les modes à utiliser après si :
Lorsqu’on emploie les locutions si… et que pour éviter la répétition de deux si en tête de deux propositions coordonnées, que est généralement suivi du subjonctif, mais le mode indicatif est admis.

 

Chambaron Grand maître Répondu le 10 mai 2020
Ajouter un commentaire
Meilleure réponse

Mode après que remplaçant si.

Il n’y a pas de règle absolue, qui soit appliquée  absolument, quoiqu’en dise Girodet, qui écrit : « Quand que remplace un second si, le verbe qui suit que se met au subjonctif : S’il fait beau demain et que je ne sois pas fatigué, je sortirai (= s’il fait beau demain et si je ne suis pas fatigué…). »

La grammaire normative prétend imposer l’emploi du subjonctif dans le cas qui nous occupe (S’il vient me voir et qu’il se plaigne, à côté de S’il vient me voir et s’il se plaint). Et certes cet emploi du subjonctif n’est pas rare en littérature (même chez Giono et Céline, très libres), « mais l’usage courant ne craint pas dans ce cas d’employer l’indicatif (prés., imp. ou p. c.) et celui-ci ne peut pas être considéré comme fautif. L’indicatif est loin d’être rare dans la littérature contemporaine, et plusieurs grammairiens l’autorisent ».  (Cf. l’éminent grammairien Joseph Hanse). Et J. H. de citer d’excellents auteurs utilisant l’indicatif.

La meilleure grammaire française actuelle (le B.U., selon moi), montre aussi qu’il y a deux usages (subj. et ind.) et admet les deux.

« Après que remplaçant si (éventuellement précédé de même, comme, sauf , etc.) dans la coordination de propositions conditionnelles (§ 1078b, on met, selon l’usage le plus soigné, le subjonctif :
Si on la [= une rue] laisse sur la droite et que l’on suive le bas de la côte Saint-Jean, bientôt on arrive au cimetière (Flaub.Mme Bov., II, 1)Chaque larve royale, si l’on changeait sa nourriture et qu’on réduisît sa cellule, serait transformée en ouvrière (MaeterlinckVie des abeilles, II, 28)— Comme s’il était arrivé jusqu’au bord même d’un abîme et qu’il le trouvât à ses pieds (JalouxLe reste est silenceix ). Bonnes intentions, p. 311). » Etc. 

« Même lorsque si a une nuance temporelle : Si parfois ils se trouvaient seuls et qu’elle l’ embrassât , il frissonnait de la tête aux pieds (GaboriauCrime d’Orcival, p. 263)— Si, en revanche, le marché donnait des signes de faiblesse ou que seulement il connût le moindre déboire dans son commerce, alors il n’était pas […] de jurons assez affreux (Y. GandonTerres chaudes, p. 189).


Cependant on trouve aussi l’indicatif.
 
Si c’est vrai et que Vous êtes venu pour servir (ClaudelSeigneur, apprenez-nous à prier, p. 103)— Si vous arrivez par le fond du vallon, et que vous débouchez brusquement dans la cour (SchlumbergerCamarade infidèle, p. 50)— Si on nous quitte et que nous souffrons , ce n’est que pour la privation de ces agréments (LéautaudPropos d’un jour, p. 46)— S’il faisait froid et que la bonne montait lui allumer du feu, il attendait que le feu ait pris (Proust) ». Etc.

Voilà ce qui explique qu’on trouve tantôt le subjonctif, tantôt l’indicatif. 

Prince Grand maître Répondu le 10 mai 2020
Ajouter un commentaire

Merci Prince pour cette recherche de citations et de commentaires qui confirme ce que je pensais. Indicatif ou subjonctif : ce choix est très fréquent dans notre langue et fait partie de sa richesse car il permet des nuances d’expressions parfois très fines à analyser, mais que le natif (lecteur ou un peu cultivé) saisit immédiatement.
Je trouve toujours dommage que le recours à des règles strictes vienne écraser ces subtilités de langage.

Tara Grand maître Répondu le 11 mai 2020

Le recours à des règles strictes vienne

le 11 mai 2020.

Merci Joëlle. Corrigé.

le 12 mai 2020.
Ajouter un commentaire

Merci Prince pour cette recherche de citations et de commentaires qui confirme ce que je pensais. Indicatif ou subjonctif : ce choix est très fréquent dans notre langue et fait partie de sa richesse car il permet des nuances d’expressions parfois très fines à analyser, mais que le natif (lecteur ou un peu cultivé) saisit immédiatement.
Je trouve toujours dommage que le recours à des règles strictes viennent écraser ces subtilités de langage.

Tara Grand maître Répondu le 11 mai 2020
Ajouter un commentaire

On peut ajouter à l’exposé des exemples d’hypothèses exprimées avec le présent, pour les expliquer, justement,  ( Claudel Léautaud etc) que les emplois cités donnent une vision positive et réalisable des conditons qui précèdent l’énoncé principal; ainsi, on pourra rapprocher de « si je sors et que je me sens faible, je rentre sans tarder » — dans ce cas la marge de choix possible, la nuance d’option  est très réduite et les subordonnées se rapprochent de valeurs de cause, conséquence, en particulier avec l’usage exclusif du présentde l’indicatif. On peut disserter longuement sur l’exemple pris à Schlumberger, car « brusquement » fait naître l’idée qu’une autre façon de « déboucher » sur la route soit possible / ou est possible (ça, ça fait enrager les étudiants anglophones) — une phrase en apparence facile, mais qui donne à réfléchir. L’emploi pris chez Proust est itératif, dans ce cas c’est chaque fois que ce personnage vient, il fait comme ça,  emploi facilement élucidé par tous. Félicitations pour ces exemples. « la grammaire et la langue sont un objet de recherche qui ne s’arrête jamais » disait un illustre maître, c’est toujours vrai, et c’est ce qui passionne ce terrain souvent réputé aride. Merci en tout cas pour la liste.

Leopardi Érudit Répondu le 11 mai 2020
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.