Allitérations ou assonances ?

Répondu

Amis du français, du Québec et de l’humour, bonjour 🙂

Voici quelques phrases extraites de deux sketchs des « 2 minutes du peuple » de l’immense François Pérusse (voir liens plus bas). Pouvez-vous me dire s’il s’agit d’allitérations ou d’assonances ? (La question fait l’objet d’un pari dont l’enjeu est de taille !)

Merci d’avance 🙂

– Quand on bute une bête en orbite, il faut l’abat’ au bouton.
– Margot est un fardeau, elle mange du barbeau et parle l’argot.
– Paul, qui a pas de poils, appelle Pierre, qui a pas de pelle, et y s’disent qu’ils peuvent pas pelleter de poils.
– Léo était là-haut et Léa est allée là; Léo et Léa étaient là-haut.
– Jeanne et Jean sont de gentils agents.
– Pis encore, je pisse encore; puisse encore pisser mon corps.
– Le pervers père de Pierre perd son imper vert.
– Où allons-nous si l’on nie nos noms ?
– On peut pas piper les dés par dépit.
– Y a des cas qu’on croit cuits où quiconque est cocu.
– Faisons fi des faux frères pour filer fous et fifis.
– Un poulet dans l’palais est pas là pour être poli.
– Jean jouit dans les joues de Jeanne.
– La fille de Philippe fait une pipe à…

Sources:
– François Pérusse, Les 2 minutes du peuple – Emission scientifique
https://www.youtube.com/watch?v=5T_XM4k-2i4
– François Pérusse, Les 2 minutes du peuple – Série policière (alléluia)
https://www.youtube.com/watch?v=QY2vx3SyQWk

GeorgeAbitbol Grand maître Demandé le 25 juillet 2021 dans Question de langue

Savez-vous que votre formation en orthographe peut être financée à 100 % par votre CPF ?
Découvrez nos formations éligibles et ne vous posez plus jamais cette question ni tant d'autres !

3 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour Ami George, 

1. Généralités.

L’allitération la plus connue est « Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes ? »  (Racine)
L’allitération est « l’emploi répété d’une même consonne dans un ensemble de mots rapprochés. Cette figure de style peut créer différents effets, par exemple imiter ou évoquer un bruit caractéristique, produire un effet de martèlement ou viser une certaine musicalité.

Exemples :

– De blancs sanglots glissant sur l’azur des corolles. (Mallarmé)

– C’est le règne du rire amer et de la rage. (Émile Nelligan)

– À écouter leurs pas lourds, sur le pavé gras, à les voir passer pesamment entre leurs boutiques […] (Albert Camus)

L’allitération est semblable à l’assonance, qui repose, elle, sur l’emploi répété de voyelles. Pour en savoir davantage sur cette autre figure de style, vous pouvez consulter l’article Assonance. »

BDL

2. Réponse :

Immense François Pérusse : c’est une allitération en s.

Prince Grand maître Répondu le 25 juillet 2021

On a là manifestement un jeu sur les sonorités et sur le sens.
Voici quelques éléments qui vous permettront à l’évidence de nommer par vous-même ces jeux sur les mots.

L’allitération consiste en la répétition d’un même son consonne dans une phrase.

L’assonance consiste en la répétition d’un même son voyelle dans une phrase.

La paronymie est un rapport lexical entre deux mots dont le sens diffère mais dont la graphie ou la prononciation sont très proches, de sorte qu’ils peuvent être confondus à la lecture ou à l’audition. Il s’agit donc d’une homophonie proche ; on pourrait dire également qu’il s’agit d’une homonymie approximative.

La contrepèterie ou abusivement le contrepet est un jeu de mots consistant à permuter certains phonèmes ou syllabes d’une phrase afin d’en obtenir une nouvelle, présentant souvent un sens indécent masqué par l’apparente innocence de la phrase initiale

Tara Grand maître Répondu le 25 juillet 2021

Grâces soient rendues aux grands maîtres qui m’ont gratifié de ces explications 🙂

GeorgeAbitbol Grand maître Répondu le 25 juillet 2021

🙂

le 25 juillet 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.