RE: Transformation au discours indirect

Bonsoir,
-Dans la phrase ci dessous ce n’est pas tant la transformation au D.indirect qui me pose problème, mais plutôt le choix du verbe « aller »/ »venir »:
Imaginons la situation de communication suivante avec 3 personnes (« A »/ « B »/ »C ») :
« A » appelle « B » au téléphone et lui demande : tu viens chercher la scie ? ( chacun d’entre eux se trouve chez lui).
« C » qui se trouve chez « B » lui dit:  » « A » t’a demandé d’aller ou de venir (lequel il faudrait employer) chercher la scie ?
Je suis vraiment désolée pour la longueur de la question, mais j’estime que tous le détails indiqués sont nécessaires pour choisir l’un des deux verbes.
En vous remerciant d’avance d’avoir pris le temps de me lire et me répondre.

Lyn Amateur éclairé Demandé le 13 juillet 2022 dans Général
3 Réponses

Cela dépasse la question du discours indirect.
Classiquement, on dit que les mots déictiques sont des pronoms personnels (je, tu), des adverbes de lieu (ici) ou de temps (hier), des possessifs (mon…) qui n’ont de sens que dans la situation d’énonciation (ils dépendent de la personne qui parle, de quand elle parle, d’où elle parle), et non dans le récit rapporté.
Exemple :
— Paul : « Il fait beau ici, et je sortirai demain, avec mon ombrelle. »
— Paul a dit qu’il faisait beau là-bas, et qu’il sortirait le lendemain, avec son ombrelle.
Quatre mots déictiques de la première phrase (situation d’énonciation par une personne identifiée, dans le lieu où elle est, au moment où elle parle) sont remplacés par quatre mots anaphoriques dans la seconde (un récit).
Vous faites remarquer que le verbe « venir » fait manifestement partie des mots déictiques, qui n’ont de sens que dans leur situation d’énonciation. Vous avez raison d’ajouter ce verbe, et pourquoi pas toute une série de verbes, aux mots déictiques souvent listés. C’est un peu une évidence, mais c’est étonnant que ce ne soit pas écrit dans les chapitres de grammaires consacrés à cette question.
En cherchant dans les romans (qui ne sont pas écrits à la première personne) disponibles en ligne, on constate par exemple que « il venait » n’est utilisé que dans des dialogues, et jamais dans le cours du récit.
Comme vous, au verbe déictique « venir », je ne vois comme correspondant que le verbe « aller ».
— Il m’a dit « viens chez moi demain ».
— Il m’a demandé d’aller chez lui le lendemain.
Je me doute que vous vous doutiez de la réponse, mais j’ai tenté de l’inscrire dans un cadre. Ce n’est pas simplement le discours indirect qui oblige à changer les mots (viens ici –> je t’ai demandé de venir ici), c’est la différence entre l’énonciation et le récit.

Benezet Grand maître Répondu le 13 juillet 2022
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.