RE: Syntaxe

Bonjour à tous et à toutes.

J’ai un souci. Je ne suis pas certaine que ce forum soit le bon pour ce genre de question, mais je ne sais pas où demander d’autre.
La phrase « Il est décédé en la désignant comme héritière. » ne me plaît pas sur le plan de la syntaxe. Le gérondif sous-tend une concomitance de l’action qui me semble fausse dans ce cas.
En général, quand on meurt, on ne fait rien d’autre en même temps… Du moins, il me semble.
Cependant, inverser les deux propositions en les liant par un « puis », par exemple, ne me paraît pas plus approprié.
« Il l’a désignée comme héritière, puis il est mort. » … Beurk :-s :-s

Auriez-vous une meilleure formulation à proposer ?

Anouck Érudit Demandé le 16 avril 2020 dans Question de langue
3 Réponses

Un testament, une donation au dernier vivant ou une assurance vie notamment  peuvent intervenir dans la  détermination de l’identité des héritiers . Mais encore faut-il que le testament, etc., soit fait par la personne concernée … lors de son vivant (et en état de manifester ses dernières volontés).
l
Je n’aperçois donc pas comment l’établissement d’un de ces actes pourrait  intervenir concomitamment à la mort. Dès lors, il ne faut pas dire  « Il est décédé en la désignant comme légataire universel », par ex. Il appert qu’il faut être vivant pour procéder à cette désignation.

Par contre, on peut dire  Il l’a (avait, etc.) désigné comme légataire universel.

De même dira-t-on que les époux ont établi une donation au dernier vivant [chez le notaire].

Prince Grand maître Répondu le 17 avril 2020

Il faut considérer cela comme une image, on voit bien qu’il l’a désignée comme héritière juste avant ! C’est pour marquer l’intention.

le 17 avril 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.