RE: Si+futur

Bonjour je sais que les si n’aiment pas les-rai

Mais y a t-il des exceptions ?

Notamment dans cette phrase car j’aimerais l’envoyer à mon employeur
( mon école aimerait savoir si je serai gardé ou non dans votre entreprise)
Ou si ma période d’essai sera validée
Merci

Malo21 Amateur éclairé Demandé le 22 avril 2020 dans Conjugaison
9 Réponses

@Prince. Je n’ai pas les points pour répondre en commentaire.
Non. Quand, l’histoire une fois terminée, il s’agira d’évoquer la notion de futur dans le passé (conditionnel présent), on appliquera les règles enseignées mécaniquement sur la concordance des temps.
Nous ne sommes ici pas du tout dans ce cas. L’histoire est écrite au présent. On utilise le passé pour parler du passé, et le futur pour parler du futur. Et c’est une logique très loin d’être absurde.
Vous avez vous-même défendu ce futur suivant un passé dans votre première réponse. Avez-vous changé d’avis ?
Il n’y a ici aucune concordance des temps à appliquer. Le courrier est écrit au présent, parle de réalités passées et de réalités futures.
Il faut appliquer ici les règles de CE1 (passé pour le passé et futur pour le futur), et non la concordance des temps enseignée au collège, celle qui doit s’appliquer dans le cadre d’un récit au passé ; nous ne sommes pas dans ce cas de concordance mécanique et sans signification.

faucon Amateur éclairé Répondu le 23 avril 2020

Faucon :  vous avez  raison sur le fond mais par exemple, ceci  peut  prêter à confusion.
Dès que vous pouvez vous affranchir de la concordance, affranchissez-vous de la concordance.

Le « dès que vous pouvez » est gênant car il sous-entend que cette concordance dépend d’un choix personnel alors que c’est le sens qui en est la cause.

Je vais dans votre sens : il ne faut pas appliquer des règles sans les comprendre, ni retenir des formules simplificatrices comme « les si n’aiment pas les -rai », qui se révèlent fausses à la première occasion.  C’est bien le sens qui doit nous guider.
C’est la même chose pour la fameuse concordance des temps. On peut très bien avoir un passé dans la principale et un futur (du présent) dans la subordonnée, si les faits sont situés, pour le premier dans le passé de l’énonciateur, et le second dans le futur de l’énonciateur.
Mais attention, les deux faits peuvent se situer dans le passé de l’énonciateur et alors le verbe de la subordonnée se mettra au futur du passé (il concordera -le verbe est vieilli mais il existe encore- avec le temps de la principale).

le 23 avril 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.