RE: L’adverbe s’applique à (sujet + verbe) ou à (verbe + complément)

Cette interprétation du sens de l’adverbe est-elle valide, et pourquoi ?
1 * L’assemblée a été massivement renouvelée.
-> Les élus ne sont plus les mêmes.
2 * Les Français ont massivement renouvelé l’assemblée.
-> Ils étaient nombreux à voter.
Est-ce que la phrase 2 peut se comprendre avec le sens de la phrase 1 ?
Un déplacement de l’adverbe peut-il en décaler le sens ? Comment opère-t-on ?

politburo Érudit Demandé le 2 juillet 2021 dans Question de langue
4 Réponses

Merci Tara.

==
Je ne pensais pas que vous alliez buter sur le mot « renouveler », qui n’est pas si compliqué.
Renouveler, c’est un peu comme remplacer.
Et c’est pour indiquer le degré de renouvellement, de remplacement, qu’on ajoute un adverbe.
— Le restaurant a partiellement renouvelé sa carte : ce n’est plus la même carte.
— Ils ont remplacé, plus ou moins, à des degrés divers, massivement ou non, les élus, c’est-à-dire que les élus ne sont plus les mêmes, car si les élus étaient les mêmes, alors ils n’auraient pas été remplacés.

==
Maintenant, du fait que l’adverbe ne peut pas être en relation avec le sujet, je doute.
Dans « se rendre massivement aux urnes », « voter massivement », c’est le nombre de votants qui est massif, important. Vous ne me ferez pas croire le contraire.
Je demandais ci-dessus si cela était spécifique aux verbes intransitifs, ou sinon à quel type de verbe ou de construction ce principe s’appliquait.

==
Je recommence avec un verbe plus simple. Dieu que le niveau a baissé.
Quand l’assemblée générale est convoquée sans condition de quorum, si on a cent participants, et que seuls cinq votent, dont quatre pour Dupont, est-il possible de contester le bien-fondé de cette phrase :
–> L’assemblée générale a massivement choisi Dupont.
Je pense que oui, et j’en cherche la raison, que je pressens résider dans le type de relation sujet-objet. Mais je n’ai pas trouvé d’article sur la question.

==
J’ai reçu ci-dessus deux réponses, l’une à côté du sujet et l’autre fausse. Noyer une question relativement simple dans des considérations annexes pour ne pas y répondre ne fait pas avancer le schmilblic.
Si vous ressentez que toute contradiction de vos propos vient de l’irritation de votre interlocuteur, alors vous êtes très éloigné de la démarche universitaire.

politburo Érudit Répondu le 6 juillet 2021
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.