RE: Coprolalie

Répondu

Bonjour bonjour,

La coprolalie est définie comme une « tendance maladive à employer des interjections ordurières » (1). A votre avis, puis-je malgré tout utiliser ce terme dans un cas où je sais pertinemment que la personne ayant recours à un tel langage n’est pas réellement malade ? Par exemple: puis-je demander à un collègue quelque peu impétueux de modérer ses accès de coprolalie ? Ou encore: puis-je indiquer à ma voisine qu’à mon humble avis, le recours à la coprolalie n’est pas le meilleur moyen d’éduquer ses enfants ?

Merci d’avance 🙂

(1) https://www.cnrtl.fr/definition/bhvf/coprolalie

GeorgeAbitbol Grand maître Demandé le 17 août 2021 dans Question de langue
2 Réponses

bonjour,

« coprolalie [kɔpʀɔlali ; kɔpʀolali] n. f.

ÉTYM. 1893, in D. D. L. ; de copro-, et -lalie.

  Didact. Impulsion morbide à employer des mots scatologiques. »

© 2021 Dictionnaires Le Robert – Le Grand Robert de la langue française »

première question : Non, c’est trop risqué + ça ne correspond pas.
Sauf si c’est un bon copain et que tu sais qu’il ne le prendra pas mal.

Deuxième question : Cela métonnerait que ta voisine considère que le meilleur moyen d’éduquer ses enfants est la coprolalie.
Si jamais c’était le cas, en théorie tu peux, mais pas avec n’importe quelle voisine atteinte de coprolalie… Et puis ça ne servirait à rien…

Prince Grand maître Répondu le 17 août 2021

Merci cher Prince 🙂

Concernant la première question: trop risqué ? Non je ne pense pas, le collègue en question étant effectivement un bon copain (bien qu’il n’y ait rien de sexuel entre nous) et adepte comme moi des bons mots. Il a simplement un peu trop tendance à jurer dès que la situation devient un peu tendue au travail, d’où ma référence à ses accès de coprolalie. Je lui sortirai ce mot à la prochaine occasion, je pense que cela le fera bien rigoler (à défaut de le remettre dans le droit chemin).

Quant à la deuxième question: j’avoue ne pas connaître les principes et théories éducatifs sur lesquels ma voisine (charmante, au demeurant) se base, mais comme je l’entends à tout bout de champ houspiller sa progéniture en la gratifiant d’une quantité invraisemblable de noms d’oiseaux, je me pose sérieusement des questions sur ses méthodes pédagogiques. Mais contrairement à mon collègue, je doute qu’elle comprenne le sens du mot « coprolalie ». Bref, je vais peut-être simplement lui suggérer d’employer sa bouche (superbe, au demeurant) à autre chose qu’à proférer des immondices…

le 17 août 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.