RE: Coprolalie

Répondu

Bonjour bonjour,

La coprolalie est définie comme une « tendance maladive à employer des interjections ordurières » (1). A votre avis, puis-je malgré tout utiliser ce terme dans un cas où je sais pertinemment que la personne ayant recours à un tel langage n’est pas réellement malade ? Par exemple: puis-je demander à un collègue quelque peu impétueux de modérer ses accès de coprolalie ? Ou encore: puis-je indiquer à ma voisine qu’à mon humble avis, le recours à la coprolalie n’est pas le meilleur moyen d’éduquer ses enfants ?

Merci d’avance 🙂

(1) https://www.cnrtl.fr/definition/bhvf/coprolalie

GeorgeAbitbol Grand maître Demandé le 17 août 2021 dans Question de langue
2 Réponses
Meilleure réponse

Il s’agit là d’une question qui touche à la relation humaine et pas de la langue.
De façon générale, porter un jugement direct sur quelqu’un,, et même en y mettant des formes, s’expose à une réaction plus ou moins négative : agressivité ou repli sur soi.
Suggérer que le comportement d’une personne est anormal et relève d’une maladie n’est peut-être pas le bon moyen de se faire comprendre. La plupart des gens reçoivent la remarque comme une insulte, se défendent et n’entendent rien.
Il convient peut-être, avant toute intervention, de se demander si celle-ci sera utile. Sinon, il convient au moins d’en changer la forme.
Une discussion sans passion et si possible sans émotion de votre part serait sans doute la meilleure solution.
Mais là, nous sortons clairement de l’objet de ce site (quoique le langage….).

Tara Grand maître Répondu le 17 août 2021

Merci Tara 🙂

Vous avez mille fois raison ! D’ailleurs, dans ma réponse à Prince (voir ci-dessus), j’indique que dans un cas, ce terme sera probablement accueilli par une franche rigolade, alors que dans l’autre non (et je renonce donc à l’utiliser dans ce second cas).

Je vous sais gré de vos précieux conseils !

le 17 août 2021.

😊

le 18 août 2021.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.