RE: Avoir froid verbe d’action ?

Bonjour,

Dans la phrase : Nous avons froid.
Le verbe avoir est-il un verbe d’action ou d’état ? Je dirais verbe d’action mais j’ai du mal à justifier cela (si toutefois c’est la bonne réponse). En effet, « avoir froid » exprime un état non?

Merci pour vos réponses.

Novice Membre actif Demandé le 11 mai 2020 dans Général
10 Réponses

Pour affirmer que avoir dans avoir froid est un verbe d’état (V.E.) ou un verbe d’action (V.A.),   il faut, au préalable, définir ce qu’on entend  par chacune de ces deux catégories. Cela n’a pas été fait ici.  De plus,  les définitions sont  différentes !  Enfin,  certains grammairiens n’utilisent  plus cette distinction, et l’auteur d’une thèse sur le sujet considère qu’elle n’est pas « justifiée ».

A quoi alors vouloir affirmer que avoir (quand ce n’est pas  avoir froid !) est un V.E. ou un V.A.  ?

Il m’apparaît plus pertinent de considérer l’opinion de Riegel, Pellat et Rioul selon laquelle « En alternance avec être, le verbe avoir fonctionne également comme une copule  régissant un élément nominal  il a faim (il est affamé), il a peur (il est apeuré), il a la fièvre (il est fiévreux) ; il a du courage (il est courageux), etc. » (Grammaire méthodique du français*, 5e éd., PUF, 2014). Ces emplois de ces deux verbes (être et avoir) sont alors qualifiés d’emplois copulatifs.

En conclusion, sur la fondement de cette analyse, je  dirais que avoir dans avoir froid n’est un verbe  strictement  ni d’état ni d’action, mais un verbe utilisé dans un emploi proprement copulatif. Dit autrement, avoir est  un verbe à emploi occasionnellement copulatif. 

Prince Grand maître Répondu le 13 mai 2020

Les verbes d’action ont été définis par défaut = tout ce qui n’est pas un verbe d’état.

Sur l’analyse de avoir, oui, c’est ce que j’ai dit (verbe attributif, sémantiquement vide), mais l’analyse linguistique n’est pas forcément adaptée à la pédagogie de l’enseignement primaire.

Cela dit, je reste sur ma position : c’est une locution, ça se prend comme un tout, ça ne s’analyse pas (donc analyser froid comme un COD me parait peu défendable). Et si on doit classer la locution, et si on s’en tient à la définition par défaut des verbes d’action, avoir froid est un verbe (une locution verbale) d’action.
Ce qui ne convient évidemment pas avec les définitions que l’on peut trouver ici et là de verbes d’action / verbes d’état, celle-ci par exemple trouvée sur un blog d’enseignant Le verbe est le mot qui exprime l’action accomplie par le sujet ou l’état dans lequel se trouve le sujet.
Celle qui est donné ici est déjà un peu mieux qui parle d’action faite ou subie par le sujet. Mais ces définitions sémantiques ne résolvent pas vraiment la question du avoir froid, qui signifie plus un état du sujet, qu’une action subie par lui, particulièrement s’il a froid alors que la température de l’environnement dans lequel il se trouve n’est pas froide (et même s’il faisait froid, il est difficile de défendre l’existence d’une action « froid » ou « faire froid », du moins dans notre conception occidentale du monde).

le 13 mai 2020.

Et moi, je m’en tiens à la mienne !

le 17 mai 2020.
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.