Verbes pronominaux

Répondu

Bonjour,

Je suis complètement perdu pour cette partie,

Verbes pronominaux non réfléchis :

– La bouteille se vide. Tu tobstines. Je me ris  de ses accusations. Il se contredit.
– La loi s’interprète avec prudence. Elles se baignent. L’enfant s’est écrié. Je

me demande où il est.

Ici, je n’arrive pas à me faire comme idée que le sujet ne subit pas l’action.

Verbes accidentellement pronominaux :
– La bouteille se vide. Tu t’obstines. Je me ris de ses accusations. Il
 se contredit.
– Il s’arroge tous les droits. La lampe s’éteint avec ce bouton. Elle se doute de quelque chose. Je
 me repose.

Ici, ce sont des verbes pouvant être sans ou avec un pronom réfléchi POURTANT, il est possible d’avoir vider/se vider par exemple

Je n’arrive pas du tout à comprendre tout ceci, pouvez-vous me venir en aide ?
Merci,
Andy,

orthody Membre actif Demandé le 2 septembre 2017 dans Accords
Ajouter un commentaire
20 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Voici une catégorisation rapide et je l’espère mémorisable, hors rares exceptions :

1.  Verbes essentiellement pronominaux (dans le sens donné)  : s’obstiner, s’écrier, se rire. Il n’y a pas de C.O.D. ou alors le pronom uniquement. Voici une liste de l’OQLF.
2.  Verbes occasionnellement pronominaux  :
— Pronominal réfléchi, direct ou indirect : Il se vide de ses dernières pièces. Le sujet exerce l’action sur lui-même. Le pronom est C.O.D. (ou C.O.I.).
— Pronominal de sens passif : Il se vide de son sang. Il est vidé de son sang. Le pronom est la marque du passif, pas un C.O.D. Cette forme est souvent oubliée dans les analyses grammaticales.
— Pronominal réfléchi de sens réciproque : Ils se vident les poches.  Au sens de mutuellement.
3. Certains grammairiens distinguent des verbes hybrides, dits « de sens indistinct », qui peuvent être occasionnellement pronominaux, mais sont en fait essentiellement pronominaux dans une signification donnée : ainsi s’apercevoir n’a que peu de lien sémantique avec apercevoir quelqu’un.

Pour l’accord du participe passé, il se fait avec le sujet sauf dans le cas des pronominaux réfléchis indirects.

P.S. Je n’ai pas de liste détaillée des exceptions pour les verbes essentiellement pronominaux  mais on peut citer : se rire (ils se sont ri), se plaire (il se sont plu), se complaire, se languir.

Chambaron Grand maître Répondu le 2 septembre 2017

Oui, c’est vrai Chambaron car « je m’aperçois de mon erreur »
est égal à prendre conscience de son erreur. qui differe de
« J’aperçois la foule » à le sens de distinguer .

le 4 septembre 2017.
Ajouter un commentaire

Pour les verbes pronominaux de sens passif, le sujet ne fait pas l’action mais la subit :
La baignoire s’est vidée en dix minutes ; les tomates se vendent cher. Le sujet grammatical ne fait pas l’action : les tomates ne vendent pas et la baignoire ne vide rien.

==> on accorde le participe avec le sujet.
Dans votre liste, voici les verbes qui sont réellement de sens passif :
– La bouteille se vide.  
– La loi s’interprète avec prudence. 

Les autres sont de sens réfléchi : le sujet fait l’action sur lui-même et donc l’accord du participe se fait avec le COD placé avant
(exemple : si le pronom « se » s’analyse comme un COD)
Tu tobstines. Tu t’es obstiné (tu as obstiné toi : accord avec t’ en genre)
Je me ris  de ses accusations.
Il se contredit. Elles se baignent. L’enfant s’est écrié. Je me demande où il est.

Commencez par vous familiariser avec ces notions et vous compléterez par les verbes essentiellement pronominaux (accord avec le sujet s’il y a un participe) et les verbes de sens réciproque, qui obéissent à la même règle que les pronominaux de sens réfléchi en cas de présence de participe passé.

http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2957
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2954
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2955
http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=2941

joelle Grand maître Répondu le 2 septembre 2017
Ajouter un commentaire

Une réponse partielle, Andy,

Dans le cas des exemples cités, il vous faut indiquer quel est le verbe pronominal NON réfléchi. C’est différent de la situation passive (les fruits se sont vendus). Donc :
 » Il s’est aperçu de son erreur » correspond à ce cas, car « il » s’aperçoi de quelque chose d’autre, de son erreur.

Je suis passée par là. Je me permets de vous dire de bien lire la question posée dans l’exercice  et d’y aller, comme vous le dit Joëlle, pas à pas.

Zully Érudit Répondu le 2 septembre 2017
Ajouter un commentaire

C’est ce qu’on appelle une synchronicité ! C’est magnifique.

Pour les verbes accidentellement pronominaux, comme le nom l’indique, ils ne sont pas toujours pronominaux, ce sont des verbes qui existent sans la pronom réfléchi. Il y en a une quantité ; on prend un vebe simple comme acheter et si on peut lui mettre un pronom réfléchi, c’est un verbe accidentellement ou occasionnellement pronominal. On achète une maison et on s’achète une maison. De même : la maison que j’ai achetée (accord ) et la maison que je me suis achetée (accord). J’ai acheté la maison (pas d’accord) et je me suis acheté une maison (pas d’accord).

En fait, on conjugue comme si on le faisait avec l’auxiliaire avoir : si le COD est avant, on accorde, sinon, pas.

Est-ce que cela vous aide ? Il y a encore une astuce pour déterminer s’il s’agit, dans certains cas, d’un COD ou d’un CDI ; je prends l’exemple-type : Ils se sont téléphoné.
On remplace par la première personne : JE LUI téléphone, et pas JE LE téléphone, Dans des cas semblables, vous n’accordez pas.

J’ai voulu copier le texte d’une fiche du module du « Projet Voltaire » au sujet des verbes pronominaux, mais n’y suis pas arrivée.

Zully Érudit Répondu le 2 septembre 2017
Ajouter un commentaire

Je viens de comprendre… Il fallait aller sur la page 2… Mince, j’étais en train de croire à un esprit taquin !
Bon, allons-y :

Nous avons  des verbes qui sont essentiellement pronominaux ; ils sont toujours pronominaux, comme « se rebeller », « s’envoler ».

Nous avons également des verbes qui ont deux formes, une pronominale et une simple bien que parfois le sens du verbe change selon qu’il soit pronominal ou pas. Les verbes qui ont ces deux formes sont dits accidentellement / occasionnellement pronominaux. C’est donc du fait qu’ils sont parfois pronominaux.  Dans cette catégorie on a acheter – s’acheter – intéresser – s’intéresser. 

Dans le dernier exemple que vous donnez « Je m’intéresse à toi » il s’agit du verbe « s’intéresser » alors que la forme « intéresser » conviendrait pour que je dise : votre cas intéresse des personnes comme moi. Cela implique que « s’intéresser » est un verbe accidentellement pronominal.

Pour les autres verbes de votre dernier exemple, je pense que vous pourrez trouver tout seul :
– s’abstenir, pouvez-vous trouver une forme non pronominale ? Réponse : non;
– se casser, pouvez-vous trouver une forme non pronominale ? Réponse : oui, casser.
Cela fait que « s’abstenir » est essentiellement pronominal et que « se casser » est accidentellement /occasionnellment / parfois pronominal.

Cela ira ?

Zully Érudit Répondu le 5 septembre 2017
Ajouter un commentaire

Un verbe appartient à la base à l’une des trois  catégories : essentiellement ou occasionnellement pronominal, ou hybride selon le sens. Ce n’est qu’ensuite qu’il est utilisé selon les besoins de façon réciproque, passive ou réfléchie.
« Appeler » est un verbe transitif, qui peut s’employer pronominalement des trois manières citées : ils s’appellent souvent au téléphone, cet objet s’appelle une chaise, il s’appelle lui-même le « parrain des oubliés ».

Chambaron Grand maître Répondu le 5 septembre 2017
Ajouter un commentaire

Bonsoir,

On peut casser la coquille d’une noix, avec une pince . Verbe casser ( transitif 
direct, car il admet un C.O.D )
On peut se casser la figure sur la glace, ou se casser une dent
en croquant une noisette.  C’est un verbe occasionnellement pronominal.

S’abstenir lui est essentiellement pronominal, car on s’abstient de faire :

Le verbe abstenir ne (se rencontre) jamais sans pronom.  ←  Pron passif.

Ensuite, il y a des sens, réfléchis,réciproques .
Je m’habitue à lui. Nous nous parlerons demain.
Ce marteau  s’emploi  facilement. P passif .

Estudiantin. Maître Répondu le 6 septembre 2017
Ajouter un commentaire

Bonjour Joelle,

Merci pour votre réponse,

Cependant, je ne comprends, vous dites que les verbes au passif  sont : se vide et s’interprète OR la réponse, comme je l’ai  précisé en le soulignant, et « je me ris » et « je me demande » pourquoi ?
En effet, je suis d’accord avec réponses mais pas celles de l’ordinateur (rire)

Regardez, dans cette phrase : Ils se sont enfuis. Elles se lavent. Il saperçoit de son erreur. Les fruits se sont bien vendus. Pourquoi le verbe pronominal non réfléchi est « s’aperçoit » et non pas « vendus » car les fruits ne se vendent pas MAIS sont vendus

Je m’arrête là dans un premier temps,

Bien à vous,
Andy,

orthody Membre actif Répondu le 2 septembre 2017
Ajouter un commentaire

Zully,

Je viens juste de m’en apercevoir (tout seul) mais votre réponse permet d’être sûr de ma réflexion ! Je vous remercie !!

Comme disait l’un de mes professeurs : premier critère, je sais LIRE !

Je suis content d’avoir compris cette règle, il me manque maintenant de comprendre la règle des verbes accidentellement pronominaux.

Est-il possible d’en avoir une explication ? Je continue mes observations de mon côté.

Andy,

orthody Membre actif Répondu le 2 septembre 2017
Ajouter un commentaire

Zully,

Votre réponse est parfaite,

Je viens de terminer la leçon 12 !

Maintenant il faut bien s’entraîner afin d’acquérir les automatismes !

Je vous remercie pour votre aide

Andy,

orthody Membre actif Répondu le 2 septembre 2017
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.