Il y a / Y a / Y’a

Bonjour, dans le langage familier, on élide souvent le « il » dans « il y a ».

Mais comment doit-on l’écrire ?

– Y’a pas de plaisir !

ou

– Y a pas de plaisir !

Avec ou sans l’apostrophe, les avis semble partager.

LeDonk

LeDonk Amateur éclairé Demandé le 20 avril 2017 dans Question de langue

Bonjour,
Veso vous signale habilement : « les avis semblent partagés« 

le 20 avril 2017.
Ajouter un commentaire
3 réponse(s)
 

Y a pas d’apostrophe entre l’y et l’a, il n’y a (vous le constatez, l’apostrophe est avant l’y) donc pas lieu d’en ajouter une.
Après, les avis ont bien le droit de partager, peu m’en chaut.

veso Érudit Répondu le 20 avril 2017
Ajouter un commentaire

L’apostrophe signale l’élision, la suppression d’un certain nombre de lettres  remplacées en bloc par le signe  » « .
Dans cette formule, il n’y aucune lettre supprimée et donc aucun besoin de brouiller la lecture avec cela. Il est vrai que la graphie est courante, sans doute par remords d’utiliser cette forme, mais c’est juste le « Il » initial qui a été supprimé et pour cela il n’y a pas de signe spécifique…

Chambaron Grand maître Répondu le 20 avril 2017
Ajouter un commentaire

Merci, le « Y a » semble effectivement plus correct.

Cependant, la présence de l’apostrophe ne pourrait-elle pas être l’indication d’une prononciation plus « soudée » ?

– Y’a pas de problème !

???

LeDonk Amateur éclairé Répondu le 20 avril 2017

Avez-vous des exemples d’autres « soudures » de ce genre ?
À la limite, je comprendrais mieux « Ya » ou surtout « Y-a ».

le 20 avril 2017.

Bonjour Chambaron, non, je n’ai pas vraiment d’autre exemple, mais je me pose la question de savoir jusqu’à quel point cette apostrophe est fautif ou nom.

Exemple :

La chanson de Charles Trenet « Y a d’la joie », Le Larousse, dans ses articles, l’écrit tantôt « Y’a » tantôt « Y a »…

Sur les pochettes de disque, pareil, tantôt « Y’a » tantôt « Y a ».

Du coup, ça tangue, ça tangue…

Merci

le 21 avril 2017.

En effet, sur les pochettes des disques, on trouve souvent Y’a d’la joie. Choix esthétique de l’éditeur ? Licence poétique de l’auteur ? En tout cas, cette apostrophe fautive se glisse partout et Trenet a fait école : Claude François (y’a l’printemps qui chante), Souchon (y’a d’la rumba dans l’air)...

le 21 avril 2017.

Ça tangue, comme dans « La Mer »…
Pour les titres de chansons, je pense que cela donne un air populaire car l’élision est souvent un procédé familier d’abréviation (Boul’ Mich’ , Vel’ d’Hiv’, etc.).

le 21 avril 2017.
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.