Elle s’est imaginé(e)…

Répondu

Bonjour, dans une dictée de concours (demi-finale du championnat suisse d’orthographe 2005), je relève la phrase « je me suis toujours imaginé entretenir des relations […] » (c’est une femme qui parle). Sur le coup cela m’a paru parfaitement logique (elle s’est imaginé quoi ? cod placé après le verbe donc pas d’accord), mais à la réflexion cela ne me semble plus si évident : ne s’agit-il pas d’une construction strictement analogue à « je me suis vue mourir » (où c’est le sujet du verbe réfléchi qui  fait l’action) ? Ne faudrait-il pas alors écrire « je me suis imaginée entretenir… » ? Merci de vos lumières, à bientôt…

ChristianF Membre actif Demandé le 11 mai 2016 dans Accords
Ajouter un commentaire
12 réponse(s)
 
Meilleure réponse

Bonjour.
Dans le cas d’un participe passé suivi d’un infinitif, le participe s’accorde avec le COD si celui-ci est placé avant le participe et s’il fait l’action exprimée par le verbe à l’infinitif.
Ici « imaginer » est un verbe occasionnellement pronominal, et la règle est la même.
Mais ici le COD n’est pas le pronom personnel « me » qui est COI (on imagine à soi) et donc le participe reste invariable. (On imagine quelque chose, on s’imagine quelque chose donc quelque chose à soi)
Cordialement

PhL Grand maître Répondu le 11 mai 2016

Vous pouvez directement corriger votre réponse sans passer par un commentaire et il est même conseillé de le faire : cela clarifie et fluidifie la lecture pour les autres…

le 11 mai 2016
Ajouter un commentaire

Dans votre exemple, s’imaginer n’est pas dans sa forme réfléchie, le C.O.D. est placé après et votre raisonnement initial était le bon.
Cela est différent si elle « s’est imaginée en haut de l’échelle », tournure dans laquelle le sujet exerce l’action sur lui-même alors que « en haut de l’échelle »  est un complément circonstanciel. C’est cette dernière structure que vous avez dans « je me suis vue mourir », d’où l’accord.

Chambaron Grand maître Répondu le 11 mai 2016
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Le verbe s’imaginer est un verbe occasionnellement pronominal qui forme ses temps composés avec l’auxiliaire être
Pour accorder le participe passé de ce verbe, il convient de remplacer l’auxiliaire être par l’auxiliaire avoir et de rechercher s’il existe un COD placé avant. Dans la négative le participe passé reste invariable.

Dans votre phrase remplacez être par avoir

J’ai toujours imaginé entretenir des relations…

et posez la question

J’ai toujours imaginé QUOI ?  ──► entretenir des relations. (COD)

Donc le participe passé est invariable. ──► Je me suis toujours imaginé entretenir des relations…

Dans la phrase :

Elle s’est vue mourir, il faut faire l’accord car le COD est s’ placé avant le verbe.──► Elle a vu mourir QUI ?

czardas Grand maître Répondu le 11 mai 2016
Ajouter un commentaire

Vous avez raison tous les deux.
Dans la démonstration de Czardas cependant, on ne peut pas poser la question : « elle a vu mourir QUI ? »
En effet mourir est un verbe intransitif et n’admet donc pas de COD et surtout on cherche à savoir s’il y a un COD à « vu » et si c’est le COD qui fait l’action de mourir.
Donc se poser la question : « elle a vu QUI ? »
-> elle a vu « s' » mis pour « elle » qui est le COD etc. n’est elle qui fait l’action de mourir donc il y a accord.

Pour la phrase qui pose problème, il est difficile d’utiliser la formule : « j’ai toujours imaginé QUI ou QUOI ? » Car si on demande QUI on pourrait dire : elle a imaginé elle même, qui entretient des relations.., donc c’est le COD placé avant le participe qui fait l’action exprimée par le verbe à l’infinitif.

PhL Grand maître Répondu le 11 mai 2016

Je pense que vous vous êtes focalisé sur la règle du participe passé suivi d’un infinitif, et que vous vous êtes fourvoyé.
Ici il s’agit de l’accord du participe passé d’un verbe occasionnellement pronominal, et j’ai formulé une règle.
Voir et imaginer sont des verbes transitifs.

le 11 mai 2016

La règle du participe passé suivi d’un infinitif s’applique aux verbes pronominaux.
Si je reprends l’explication donnée dans votre exemple : « elle s’est vue mourir ».
Elle a vu mourir QUI ? : elle (« s' »). Il y a accord car « s' » est placé avant le participe passé.
Si j’utilise la même méthode pour la phrase : « elle s’est entendu dire des idioties à son patron »
Elle a entendu dire QUOI ? : « des idioties »,  placé après le participe, donc pas d’accord ?
Or elle a entendu QUI ? : « elle-même » qui disait des idioties à son patron, donc le COD qui fait l’action de répondre est placé avant le participe et il y a accord. « elle s’est entendue dire des idioties à son patron ».
Mais peut-être que je me trompe ?

le 11 mai 2016
Ajouter un commentaire

Merci de vos réponses. Ma difficulté venait du fait que j’avais du mal à voir une différence, morphologique ou sémantique, entre « se voir et « s’imaginer » [faire quelque chose]. Les deux sont des verbes transitifs, occasionnellement pronominaux et sont ici utilisés dans une acception très proche (représentation mentale d’un événement potentiel). Dès lors, je ne voyais pas de raison objective d’écrire différemment « elle s’est vue mourir » et « elle s’est imaginée mourir », et pas non plus de raison de faire une différence entre l’action de mourir et celle d’entretenir des relations, toutes deux effectuées par le sujet. Mais la réponse de Chambaron (« s’imaginer n’est pas dans sa forme réfléchie ») me permet maintenant de saisir la nuance (subtile, toutefois) entre « s’imaginer » au sens de « imaginer soi-même » (réfléchi) et au sens de « se faire des idées » (non réfléchi). Ici le contexte permettait clairement (*) de voir qu’il s’agissait du deuxième sens (non réfléchi), donc pas d’accord du PP. Il en aurait par contre été autrement si la phrase avait été : « Elle avait fermé les yeux et s’était imaginée nager dans l’onde pure… »

* : bien plus clairement en fait dans la phrase originale de la dictée, qui était : « Et moi, ingénue qui me suis toujours imaginé entretenir des liens privilégiés avec lui […] ! » que dans celle, modifiée, de mon message original.

ChristianF Membre actif Répondu le 12 mai 2016
Ajouter un commentaire

Bonsoir,

J’ai toutefois une question. Si le sens visé n’avait pas été « croire à tort que l’on entretient des relations » mais « se représenter soi-même en train d’entretenir des relations », n’aurait-il pas fallu écrire : « Elle s’est imaginée entretenir des relations » ?

Par exemple, une femme ne pourrait-elle pas dire : « Depuis mon plus jeune âge, lorsque je songeais à l’avenir, je me suis toujours imaginée entretenir des relations avec des personnages importants » ?

Guillaume Amateur éclairé Répondu le 12 mai 2016
Ajouter un commentaire

Bonsoir.
Je proposerais deux réponses qui sont à discuter.
1- Dans la forme pronominale suivie d’un infinitif, la règle est d’accorder le participe passé si le COD fait l’action exprimée par l’infinitif.
Cependant, dans le cas du verbe « s’imaginer » (se représenter, penser, croire à tort), le pronom réfléchi ne fait jamais l’action puisque celle-ci n’est pas réalisée !
2- Sans être suivi d’un infinitif, vous avez raison, dans ce sens de « se représenter », comme indiqué dans le dictionnaire de l’Académie, l’accord se fait avec le sujet.
Cordialement

PhL Grand maître Répondu le 13 mai 2016
Ajouter un commentaire

Bonjour,

J’ai lu vos explications et je reste dubitative par rapport à la phrase suivante que j’ai trouvée dans un corrigé d’exercices :
« Elle s’est vu gagner l’estime des autres. »

Dans la phrase « Elle s’est vu octroyer un prix », je comprends bien pourquoi on laisse « vu » car ce sont d’autres personnes qui octroient le prix. Mais dans ce cas-ci, c’est elle qui gagne l’estime des autres, du coup, pourquoi ne met-on pas « vue » ?  Est-ce une erreur du corrigé ou bien est-ce normal ? Mais du coup, quelle en est l’explication ?

J’en profite pour vous demander l’accord d’un autre participe passé…

« Les livres que j’ai toujours adoré lire. » Comment accordez-vous « adoré » ?

Je vous remercie d’avance pour votre réponse !

Cordialement

misslys Débutant Répondu le 12 juin 2016
Ajouter un commentaire

Bonjour,

Tout a déjà été expliqué de façon très claire.

Voici à nouveau la règle :

Le participe passé des verbes pronominaux reste invariable si le sujet du verbe n’accomplit pas l’action exprimée par l’infinitif.

Elle s’est senti piquer.

Le participe passé des verbes pronominaux s’accorde avec le sujet si le sujet  accomplit  l’action exprimée par l’infinitif.

Elle s’est sentie revivre.

Dans votre exemple :

Elle s’est vue gagner l’estime des autres.

D’autres exemples :

Ils ne se sont pas vus partir seuls en pleine nuit.
Elle s’est soudain vu menacer par le bandit.
Elles se sont vu refuser l’entrée de ce lieu de culte.

http://parler-francais.eklablog.com/elle-s-est-vu-e-citee-a84143782

Le participe passé suivi d’un infinitif s’accorde avec le COD placé avant lui  si celui-ci accomplit  l’action exprimée par l’infinitif.

Les musiciens que j’ai entendus jouer.
Vous n’imaginez pas les les larmes qu’il a vues couler.
La fermière que j’ai vue tuer un canard.

Le participe passé suivi d’un infinitif  reste invariable si  le COD placé avant lui  n’ accomplit pas  l’action exprimée par l’infinitif.

La musique que j’ai entendu jouer. 
La pièce de théâtre que j’ai vu représenter.
Seuls, les médecins pourraient dire combien de pleurs ils on vu verser.

Dans votre exemple :

Les livres que j’ai toujours adoré lire.

czardas Grand maître Répondu le 12 juin 2016
Ajouter un commentaire

Merci beaucoup pour votre réponse. Je voulais simplement être certaine d’avoir bien fait les accords de ces deux phrases.

Bonne journée !

misslys Débutant Répondu le 12 juin 2016
Ajouter un commentaire
Votre réponse
Question orthographe est un service proposé par Woonoz, l'éditeur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire.