Le profil de jean bordes
Grand maître
4471
points

Questions
44

Réponses
870

  • Grand maître Demandé 3 jours auparavant dans Général

    Facebook pourrait être de manière plus générale un complément de nom, ou plus précisément un nom épithète ou un nom en apposition, c’est la même chose dite différemment, comme dans :

    Une solution miracle.
    Un dîner concert.

    Cependant, Facebook n’est pas un forum, il peut accueillir des forums.
    Un forum sur Facebook me paraîtrait mieux convenir.

    • 30 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé 3 jours auparavant dans Général

    En fait, la distinction entre « tout en couleur » et « toute en couleur » n’a aucun intérêt. C’est la distinction au pluriel, qui présente un intérêt.

    Au pluriel, le choix de l’accord détermine le sens :
    Elles sont toutes en couleur : toutes sont en couleur.
    Elles sont tout en couleur : elles sont entièrement en couleur.
    Elles sont toutes en blanc : toutes sont habillées en blanc.
    Elles sont tout en blanc : elles sont habillées entièrement en blanc.

    Au singulier, on peut écrire indifféremment tout ou toute :
    Une femme toute de blanc vêtue ou Une femme tout de blanc vêtue (recommandé).
    Elle est toute à ses pensées ou (plus logiquement) Elle est tout à ses pensées.
    Une femme toute de blanc vêtue ou (plus logiquement) Une femme tout de blanc vêtue.

    Attention à l’équivoque :
    Elles sont tout en noir (entièrement en noir) mais Elles sont toutes en noir (toutes sans exception).

    Enfin, mais on s’éloigne un peu du sujet, on distingue souvent (mais c’est assez artificiel – et dangereux !), s’agissant d’une femme : Je suis tout à vous (simple formule de politesse) et Je suis toute à vous (déclaration d’amour).

    Ici, on peut donc utiliser indifféremment tout ou toute. Cependant, il s’agit d’évoquer une Inde et ses multiples couleurs, il est préférable alors d’écrire tout en couleurs et indifféremment L’Inde tout en couleurs ou L’Inde toute en couleurs.

    • 38 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 9 septembre 2017 dans Question de langue

    C’est la formule « je postule pour » qui est incorrecte, même dans « je postule pour être quelque chose ».

    La forme correcte est exclusivement « je postule quelque chose ».

    Postuler est un verbe transitif et se construit sans préposition.

    • 64 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 9 septembre 2017 dans Question de langue

    « ºC’est la faute à Julie » est un tour populaire à éviter.

    « ºC’est la faute à Voltaire, c’est la faute à Rousseau ».
    Vous connaissez sans doute cette réplique de Gavroche que l’on doit rectifier en disant :
    « C’est la faute de Voltaire, c’est la faute de Rousseau » (pensez à la voiture « à » Julie, la  voiture de Julie, qui est la forme correcte).

    En outre, « c’est « de » ma faute » est populaire, il faut dire « c’est ma faute ».

    Fautif signifie « qui est en faute », donc si « c’est la faute deJulie », celle-ci est « fautive », les deux formules sont équivalentes.

    On  pourra dire « c’est la faute de quelqu’un » (et non pas ºla faute à quelqu’un) ou « quelqu’un est fautif » indifféremment, selon les besoins de la rédaction.
    Excusez-nous pour ce e retard, mais c’est la faute de Paul.
    Excusez-nous pour ce retard, mais Paul est fautif
    .

    • 81 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 6 septembre 2017 dans Question de langue

    Il me semble que « en tant que Premier ministre » exprime la cause : c’est parce que É. Philippe est Premier ministre qu’il en a la responsabilité.

    « En tant que Premier ministre » serait donc subordonnée circonstancielle de cause.

    • 82 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 septembre 2017 dans Accords

    Il y a plusieurs plantes, plusieurs boutons, plusieurs fleurs, on écrit donc :

    « des plantes en boutons »  et  « des plantes en fleurs ».

    • 87 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 septembre 2017 dans Question de langue

    « à « de » certains moments » n’est pas correct. Il y a une préposition de trop.

    « à certains moments il perd la tête »
    « je me souviens de certains moments »

    • 86 vues
    • 4 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 4 septembre 2017 dans Accords

    On m’a donné quoi ? qui mis pour les missions« qui » (les  missions) est COD, placé avant le verbe, on accorde donc avec les missions :

    « les missions qui m’ont été données.

    • 88 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 29 août 2017 dans Question de langue

    czardas, une question.

    J’avais voulu isoler ainsi les propositions :

    d’abord :

    J’ai vu les parents de Marine
    et [je] leur ai dit ce que je pensais.
    subordonnée dépendant de la principale

    Puis,

    et [je] leur ai djt    ce que je pensais
                                          subordonnée COD de « [je] leur ai
                                          dit 
    »

    Cette analyse est donc erronée ? 

    • 174 vues
    • 10 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 27 août 2017 dans Question de langue

    Le Larousse est incomplet dans l’énoncé de la règle.

    On met une majuscule dans les cas suivants :
    • Dans les adresses.
    • Dans une lettre, quand on s’adresse à son correspondant.
    • Quand un domestique parle à la troisième personne à son maître,
         à un invité, à un visiteur.
    • Quand un domestique parle de ses maîtres à un tiers.
    • Quand on parle du maître ou de la maîtresse de maison.
    • Quand on désigne à un serveur ou à un fournisseur la personne
         que l’on accompagne.
    • Pour « Monsieur » : quand le titre est donné au supérieur de la
         Compagnie de Saint-Sulpice ou aux membres de certaines sociétés
          religieuses.
    • Dans les titres historiques : Monsieur (frère du roi), Madame Mère.
    • Dans les titres d’ouvrages : Voici une nouvelle édition de Madame
        Bovary.

    • Quand le titre énoncé fait corps avec un nom propre et fait allusion
         à un type littéraire célèbre ou à un personnage historique :
         Ce pharmacien provincial, mais c’est tout à fait Monsieur Homais !

    On met une minuscule dans les cas suivants :
    • Dans une lettre, quand on parle d’une personne qui touche de près
         à la personne à laquelle on écrit : J’ai appris la maladie de madame
         votre mère.

    • Dans un dialogue, quand une personne s’adresse à une autre :
         Bonjour, monsieur (« Bonjour, monsieur Durand » est une forme
          familière condamnée par le bon usage mondain).
    • Quand monsieur est employé avec l’article, le possessif ou le
         démonstratif : Un monsieur est venu et vous a demandé. C’est le
         monsieur dont je t’ai parlé.

    Dans tous les cas précédents, il faut employer la forme pleine.

    Mais dans la plupart des cas, on emploie la forme abrégée.

    Cet usage est de règle, notamment dans un récit, un rapport : On avait vu Mme Gros sortir précipitamment de chez elle. 

    On utilise aussi la forme abrégée quand, dans une lettre, on parle d’une personne qui ne touche pas de près au correspondant : Voici l’adresse de ma couturière, Mme Jacquot.
    (Pièges et difficultés de la langue française, Jean Girodet)

    • 112 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes