Le profil de CATHY LÉVY
Grand maître
940
points

Questions
13

Réponses
149

  • Grand maître Demandé le 10 septembre 2017 dans Question de langue

    Selon de nombreux référents, et notamment le CNRTL (le lien que nous donne Czardas ci-dessus)) postuler se rencontre également à la forme transitive indirecte, et effectivement, quand on présente sa candidature à un poste, on postule « à » ou « pour ».

    Je ne vois d’ailleurs pas ce qui peut vous paraître choquant dans cette tournure.

    • 64 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 18 juillet 2017 dans Général

    Absolument d’accord avec vous Azucena, il n’y a aucune raison de ponctuer « Restaurant » à l’intérieur des guillemets, en revanche, à mon sens, il est indispensable de ponctuer la phrase après les guillemets.
    D’autre part, je n’aurais pas forcément écrit les deux points avant les guillemets, et j’aurais écrit restaurant en italique, justement. Mais il n’y a pas de quoi appeler cela une erreur, me semble-t-il.
    Petit conseil : si vous revenez poser des questions, il est préférable d’ouvrir un nouveau post qui vous est personnel.

    • 1410 vues
    • 8 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 17 juin 2017 dans Question de langue

    Personnellement, je me bats sans cesse contre ce que j’appelle « le jargon de bureau« , qui pollue pas mal notre langue au quotidien.

    Cela vient, à l’origine, de l’écriture des rapports et comptes rendus en style télégraphique.
    Les élisions de toute sorte ont fini par forcer la porte et entrer dans le langage professionnel, puis dans le langage courant.

    Ainsi, on ne sait plus dire que « H-24« , au lieu de 24 heures sur 24, ou pire encore « 24-7« , au lieu de « 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 ».
    On retrouve, dans les entreprises, des appellations de postes qui écorchent les yeux et les oreilles, comme « Attachée clients » (avec une connotation très gênante…), au lieu de « Attachée de clientèle ».
    On utilise « échanger » comme un verbe intransitif, et donc  à mauvais escient.
    Exemple : « j’ai échangé avec notre client ».
    Vous avez échangé des points de vue théoriquement, ou des idées.
    Mais exprimé ainsi, on est en droit de se demander si vous avez échangé vos situations, vos vies, …..

    Je ne vous parle pas de « démarrer » mis à toutes les sauces, alors qu’on ne peut démarrer que ce qui comporte un moteur, ou « débuter » employé comme un verbe transitif…
    Plus personne ne daigne utiliser le verbe « Commencer« , qui pourtant est transitif et s’emploie à bon escient pour tout ce qui ne comporte pas de moteur.

    Ou encore « finaliser » employé à tout bout de champs, parce qu’on s’imagine que c’est plus chic que « terminer, finir, fignoler« … alors qu’en réalité cela signifie « déterminer une finalité, un but, un objectif » !

    Alors pour en revenir à votre question, que ce soit à l’écrit ou à l’oral, à mon sens les bonnes tournures sont
    [VILLE] et SES alentours
    OU BIEN
    À Bordeaux, et DANS SES alentours.

     

    • 573 vues
    • 6 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 20 mars 2017 dans Question de langue

    Vous ne pouvez pas mélanger « nous » et « on » dans une même phrase.

    Vous pouvez écrire :
    « Après S‘être attelé à ce village, ON AIMERAIT… »
    OU BIEN
    « Après NOUS être atteléS à ce village, NOUS AIMERIONS… »

    De plus, « ON » appartient plutôt à l’expression orale. À l’écrit, il est préférable d’utiliser la deuxième tournure.

    Malgré tout, le verbe « s’atteler » est inapproprié ici.
    On s’attèle à une tâche, à un travail de longue haleine, on attèle un animal de trait à un véhicule, mais vous ne pouvez pas vous « atteler » à un village, cela n’a pas de sens.

    De plus, si vous dites « après nous être occupés de ce village », on attendrait en deuxième partie de phrase « nous aimerions nous occuper des communes voisines ».
    Ici, il faudrait plutôt écrire :
    « UNE FOIS QUE nous nous serons occupés de ce village, nous aimerions attirer les habitants des communes voisines ».

    • 573 vues
    • 6 réponses
    • 1 votes
  • Grand maître Demandé le 27 février 2017 dans Général

    J’ajoute aux fautes citées par Joëlle :
    « Vous trouverez, ci-joint, mon curriculum vitae »
    « À ce courrier » est à supprimer, car il vient redire ce que dit déjà « ci-joint ».
    Les virgules qui encadrent « ci-joint » sont indispensables.

    • 491 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 27 février 2017 dans Général

    Je suis tout à fait d’accord avec vous Pastel35, il me semble également qu’il y a une erreur dans la phrase que vous donnez comme exemple, et qu’il aurait mieux valu écrire « C’est avec beaucoup de regretS« , puisqu’il y en a beaucoup justement, le pluriel se serait imposé.

    Pourtant, il ne me semble pas que la tournure soit réellement appropriée, et je pense que c’est un mélange, pas très heureux, de plusieurs tournures différentes, qui n’ont pas forcément le même sens. En effet, les formules consacrées sont plutôt :
    « Nous avons le regret (de vous annoncer…) »
    « Nous sommes au regret (de ne pouvoir donner suite…) »
    ou encore, avec la tournure donnée dans votre exemple :
    « C’est à regret (que nous décidons…) »
    « C’est avec tristesse,  déception (que nous vous annonçons)…. »

    • 1001 vues
    • 5 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 16 décembre 2016 dans Général

    « Les linguistiques » ? Vous voulez dire « Les linguistes » sans doute.
    « Sous prétexte qu’ils emploient »
    , plutôt que « sous prétexte d’employer« .
    Mais ça n’est pas un prétexte, en réalité, donc il vaut mieux écrire « du fait qu’ils emploient« .

    En fait, ce ne sont généralement pas les linguistes qui reprochent leur langue de bois aux politiciens, mais plutôt les journalistes politiques, ou encore les autres politiciens. Les linguistes ne sont pas franchement concernés, il me semble.
    La langue de bois, c’est l’art de répondre sans vraiment répondre _ sans en avoir l’air, alors que tout le monde s’en rend compte _ tout en ayant l’air de répondre, alors qu’on ne souhaite pas répondre honnêtement. )

    Mais il y aussi ceux qui cherchent à faire l’effet,  ceux pour lesquels la volonté d’écrire un français très « alambiqué  » est la ténacité.
    La « ténacité » n’a pas grand chose à faire ici. Vous voulez sans doute dire : Mais il y a aussi ceux qui cherchent à faire des effets de manche, ceux pour qui écrire dans un style ampoulé est une façon de se faire plaisir.

    Mais pourquoi sommes-nous si impressionnés par celui qui suit ce chemin ?
    Vous voulez dire « par ceux qui emploient cette stratégie » ?
    Nous sommes impressionnés, parce que justement ils manient la langue de façon remarquable, et connaissent l’art de nous berner tout en douceur… Car c’est vraiment tout un art !

    Pourquoi nous ne encourageons pas les gens à avoir un français actuel et simple et élégant au lieu de d’emprunter la voie des  » pédants  »
    Vous voulez dire : « Pourquoi n’encourageons-nous pas les pédants à s’exprimer clairement et sans détours » ?
    Leur langue est généralement tout à fait élégante, leur vocabulaire recherché mais très actuel.
    Et puis surtout, nous ne sommes pas en mesure de les « encourager » à quoi que ce soit, ils n’ont pas besoin d’encouragements, et ne sont pas prêts à écouter le moindre conseil.

    Merci pour le mot « solipsisme« , que je ne connaissais pas !
    Il est effectivement employé à bon escient, dans ce texte qui, par ailleurs, comporte un certain nombre de fautes d’orthographe assez gênantes, et une ponctuation « aléatoire » qui nuit à la compréhension…
    L’expression « dessiller les yeux » me gêne beaucoup également, car il me semble bien que c’est un pléonasme.  Dessiller quelqu’un, c’est déjà lui ouvrir les yeux (terme issu du vocabulaire de fau*** ).

    • 385 vues
    • 2 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 15 décembre 2016 dans Général

    Phrase d’origine :
    Votre mission d’aide sociale à l’enfance ainsi que les domaines d’activités y afférents m’ont intéressés tant dans leur diversité que dans leur motivations.

    En premier lieu, votre amie étant une femme, il faut écrire « m’ont intéresséE ».

    Vous avez raison, on est intéressé PAR, et en effet il faudrait écrire « leurS motivations ».

    Ensuite, il manque une virgule après « enfance »,  une autre après « afférents ».

    Je ne trouve pas la phrase si alambiquée que ça, mais je suis assez d’accord avec vous,  on ne comprend pas très bien ce que sont les motivations « d’une mission et ses domaines d’activités ».  Cela suscite sans doute des motivations chez elle, mais elle peut plutôt écrire, éventuellement, « tant par leur diversité que par les actions engagées » ou « que par les causes que vous défendez ».

    • 1318 vues
    • 7 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 18 novembre 2016 dans Accords
    Les tournures correctes sont :
    La concurrence acharnée à laquelle se sont livrées les banques…
    OU BIEN
    La concurrence acharnée que se sont livré les banques…
    • 555 vues
    • 3 réponses
    • 0 votes
  • Grand maître Demandé le 8 mai 2016 dans Général

    Pour la traduction de « Plain croissant »  je vous suggère « Un bon petit croissant« .
    Précision : petit-déjeuner comporte un trait d’union.
    Il est souhaitable d’éviter les répétitions et les verbes « pauvres », comme « faire » par exemple.
    D’ailleurs, on ne peut pas dire que les croissants « font » un petit-déjeuner ou un brunch, c’est impropre…

    Ma proposition de texte :
    Le croissant au beurre, délice du petit-déjeuner, est également la viennoiserie idéale pour accompagner un bleu d’Auvergne et des figues rôties.  Un vrai régal, que l’on peut agrémenter d’une salade aux noix et d’une coupe de champagne, pour un brunch ou un repas léger, original et savoureux.

    Cette réponse a été acceptée par Eva. le 11 mai 2016 Vous avez gagné 15 points.

    • 634 vues
    • 6 réponses
    • 0 votes